Chiens et Pokémon font bon ménage

Carl Girard, directeur de la SPA des Cantons.... (Janick Marois, archives La Voix de l'Est)

Agrandir

Carl Girard, directeur de la SPA des Cantons.

Janick Marois, archives La Voix de l'Est

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Jérôme Savary
La Voix de l'Est

(Sainte-Angèle-de-Monnoir) Après les humains, les Pokémon pourraient bientôt devenir les meilleurs amis des chiens. La SPCA Montérégie est partie à la chasse aux joueurs de Pokémon GO, les invitant à faire une marche - avec ou sans pitou - au profit de l'organisme.

Stéphanie Poitras, technicienne en santé animale qui est bénévole à la SPCA Montérégie depuis 2004, est celle qui a eu l'initiative de «poster» une telle invitation sur le compte Facebook de la SPCA, lundi dernier.

Elle a eu cette idée après avoir vu une annonce semblable des Services animaliers de la Rive-Sud: «Quand j'ai vu leur pub, je me suis dit: "je ne suis pas la seule."»

Les accros au Pokémon GO peuvent donc s'adonner à leur chasse virtuelle tout en donnant la chance au refuge situé à Sainte-Angèle-de-Monnoir d'obtenir du financement - via l'application pour téléphone ResQwalk.

«Personnellement, je le faisais [combiner les deux applications ensemble] dès la sortie du jeu, explique Stéphanie Poitras. Alors, pourquoi ne pas jumeler l'utile à l'agréable?»

Côté financement, ce n'est pas encore la panacée. Ceci s'explique, entre autres, par le fait que ces deux applications ont été rendues disponibles il y a quelques semaines seulement.

«Le mois passé, nous avons commencé ResQwalk tardivement, dit Mme Poitras. Cent seize kilomètres nous ont donné 76 ¢. Ce mois-ci, nous avons déjà 524 kilomètres de fait.»

Ce coup de pub est parti de l'application ResQwalk, dont le but est de soutenir le financement des refuges pour animaux, qui tirent souvent le diable par la queue

Tout comme les responsables de ResQwalk, Stéphanie Poitras a compris que l'effet Pokémon GO pourrait être profitable à la SPCA.

«L'objectif est à la fois d'avoir du financement, de recruter quelques bénévoles et de nous faire connaître», reconnaît Mme Poitras.

La SPCA Montérégie comprend une dizaine de bénévoles réguliers.

Faire une marche avec pitou

Ailleurs en Amérique du Nord, plusieurs refuges invitent les joueurs de Pokémon GO à venir chercher pitou avant de partir en quête de leurs bibittes virtuelles.

«C'est une excellente idée!», reconnaît Carl Girard, directeur de la SPA des Cantons.

«Un chien a besoin de marcher, de sentir de nouvelles odeurs et d'avoir des interactions avec des humains, ajoute-t-il. Peu importe le prétexte, si ça peut faire sortir le chien, c'est bon.»

M. Girard précise cependant que le refuge de Cowansville ne court pas après les joueurs de Pokémon GO.

En effet, l'organisation peut déjà compter sur une base élargie de 20 bénévoles réguliers et ceux-ci suffisent à dérouiller les pattes des hôtes du refuge.

M. Girard se considère «extrêmement chanceux» de pouvoir compter sur un tel bassin de bénévoles.

«Nous avons des bénévoles de tous les âges, entre 15 et 83 ans. [Notre doyenne] prend même jusqu'à cinq heures de marche avec les chiens!»

Ce programme mis en place il y a cinq ans pour faire marcher les chiens est un véritable succès.

Le samedi, «le stationnement est plein». Quarante personnes se succèdent alors à un bout de la laisse. Les chiens, heureux, sortent jusqu'à quatre fois par jour ces jours-là.

«C'est devenu pratiquement culturel [dans la région] de voir nos bénévoles marcher avec les chiens. Ça fait partie du décor à Cowansville», assure M. Girard.

«Les meilleures adoptions»

Non seulement la marche entre bipèdes et quadrupèdes est bonne pour la santé des chiens [lire encadré], elle est également un bon moyen de rencontrer des chiens différents. Cela permet d'envisager une adoption... après réflexion.

À Cowansville, 30 % des adoptions se font via les marches bénévoles avec les chiens, selon le directeur de la SPA des Cantons. «Ce sont nos meilleures adoptions, tranche-t-il. Ce ne sont pas des adoptions qui se font sur un coup de tête.»

Et si des joueurs de Pokémon finissent par adopter un chien, eh bien, «tant mieux»!

À la SPCA Montérégie, les futurs bénévoles doivent s'inscrire en remplissant un formulaire avant de pouvoir passer au refuge et promener des chiens.

Marcher pour les garder en santé

«Marcher régulièrement permet au chien d'avoir une routine stable et d'avoir des contacts humains», indique Carl Girard, directeur de la SPA des Cantons, à Cowansville.

Le directeur se dit extrêmement chanceux de pouvoir compter sur autant de bénévoles marchant avec les chiens. Ceux-ci en ont grandement besoin, puisqu'ils restent généralement en cage le reste du temps.

«Ça nous a déjà permis de garder un chien [en bonne santé mentale] jusqu'à 11 mois à la SPA.»

«Quand l'environnement est pauvre, [quand le chien est toujours attaché ou en cage], le tempérament du chien se désagrège» et l'issue peut alors être fatale pour le chien.

Son tempérament devient alors instable et «cette instabilité est une des causes d'euthanasie», explique M. Girard.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer