Trois sièges, neuf candidats à Saint-Paul-d'Abbotsford

En plus d'élire un nouveau maire, les citoyens... (Alain Dion, La Voix de l'Est)

Agrandir

En plus d'élire un nouveau maire, les citoyens sont appelés aux urnes pour choisir trois nouveaux conseillers.

Alain Dion, La Voix de l'Est

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Marie-Ève Martel
La Voix de l'Est

(Saint-Paul-d'Abbotsford) Ce sera jour de vote les 17, 18 et 24 juillet prochains à Saint-Paul-d'Abbotsford. En plus d'élire un nouveau maire, les citoyens sont appelés aux urnes pour choisir trois nouveaux conseillers. Voici ceux qui aspirent à représenter la population en quelques mots.

Conseiller, poste numéro 1

Impliqué depuis une dizaine d'années dans plusieurs organismes et comités municipaux, Jean-Marie Bergman, qui n'en est pas à sa première élection, estime que les finances de la municipalité «exigent une gestion prudente, sans exclure les investissements nécessaires au développement de nouvelles maisons et commerces.» À ses yeux, le rôle du conseil municipal est d'encadrer l'administration, sans s'y substituer. Entre autres engagements, M. Bergman souhaite contribuer à augmenter la population de la municipalité, en attirant particulièrement de jeunes familles, afin de fournir un bassin d'élèves suffisant pour le maintien de l'école Micheline-Brodeur.

Mario Blanchard songeait déjà à faire le saut en politique municipale depuis quelques années. L'élection partielle tombait à point pour celui qui souhaite apporter son attitude positive au conseil. Concernant l'entrée au mont Yamaska, M. Blanchard estime qu'il est possible de «respecter la quiétude des propriétaires montagnards tout en permettant un accès à la montagne pour les citoyens de la municipalité». Le développement résidentiel et commercial du village de même qu'un appui à l'école primaire font partie des dossiers qui lui tiennent à coeur.

L'homme d'affaires Dany Forand songeait pour sa part à faire le saut en politique municipale en 2017, mais l'appui de plusieurs concitoyens l'a décidé à tenter le coup cette année. Celui qui voit dans la situation actuelle «une belle aventure» de laquelle peut resurgir du positif souhaite mousser le développement immobilier, mais aussi offrir de l'écoute aux citoyens. Enfin, il croit que la municipalité doit être plus ouverte et flexible face aux entreprises afin d'attirer différents commerces en ville.

Conseiller, poste numéro 5

L'ancien directeur du service de sécurité incendie de la municipalité Alain Choquette souhaite contribuer au développement économique et démographique de Saint-Paul-d'Abbotsford, afin d'y attirer de petites et de moyennes entreprises, mais aussi des familles dont les enfants pourront fréquenter l'école primaire internationale Micheline-Brodeur.

Pour sa part, Mélanie Duchesneau compte mettre à profit l'expérience et les connaissances acquises au cours d'une dizaine d'années de bénévolat dans divers organismes et événements de la municipalité pour apporter des idées fraîches au conseil. D'abord un défi qu'elle se lance à elle-même, l'aspirante-conseillère espère démystifier le fonctionnement de l'appareil municipal pour mieux communiquer l'information aux citoyens qu'elle aspire à représenter. À ses yeux, le rôle d'un élu est d'être à l'écoute et de travailler en équipe avec les autres membres du conseil au bénéfice de toute la population.

La troisième candidate, Josée Houle, souhaite voir se concrétiser de beaux projets à Saint-Paul-d'Abbotsford. Son attitude positive, son sens de l'écoute et les valeurs qui lui tiennent à coeur, comme la justice, le respect et l'impartialité, seront mis au service de la population, promet celle qui cumule plus d'une vingtaine d'années à titre de bénévole dans plusieurs causes de la municipalité, en plus d'avoir milité pour nommer l'école en l'honneur de Micheline-Brodeur.

Conseiller, poste numéro 6

Ça ne va pas si mal que ça à Saint-Paul-d'Abbotsford, croit Pierre Paré, qui souhaite apporter sa «passion» au conseil. En se présentant au poste de conseiller, il espère améliorer la communication entre l'appareil municipal et la population. «C'est important que les gens sachent ce qui se passe, parce qu'actuellement, ils manquent d'information», explique-t-il. L'accès à la montagne, l'urbanisme, l'arrivée de nouvelles familles et la conservation de l'école sont aussi au nombre de ses priorités.

François Joevany Blaney souhaite doter Saint-Paul d'une activité hebdomadaire gratuite pour les citoyens afin de mettre en valeur les entreprises et artisans locaux, de même qu'un «incubateur» sous forme d'une coopérative, dont la mission sera de mousser les artistes et les produits d'ici. Le candidat nourrit aussi un projet de coopérative pour aider les agriculteurs dans les cartons et se dit pour un accès public à la montagne, tout en étant contre l'expropriation d'un lot du chemin Jodoin. Enfin, M. Blaney prône la médiation plutôt que le recours aux avocats et la transparence du conseil municipal; il réclame d'ailleurs une enquête pour faire la lumière sur les démissions de l'ex-maire et des conseillers.

Pour Christian Riendeau, c'est en gardant les résidants, les industries, les commerces et l'agriculture à Saint-Paul-d'Abbotsford que la municipalité demeurera un lieu où il fait bon vivre et où les familles s'installeront. Il compte également y parvenir en encourageant la saine gestion financière de la municipalité en maximisant les ressources en place, la conservation du patrimoine, dont les églises, le soutien proactif à l'école primaire et le soutien aux personnes âgées, notamment par la mise en place d'activités pour les sortir de l'isolement.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer