Ottawa n'offrira pas d'aide financière aux JEM

Le fait qu'Ottawa ne soutienne pas financièrement les... (123RF)

Agrandir

Le fait qu'Ottawa ne soutienne pas financièrement les Jeux équestres mondiaux à Bromont pourrait être l'ultime obstacle.

123RF

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Jean-François Guillet
La Voix de l'Est

(Bromont) Rien ne va plus pour le projet des Jeux équestres mondiaux à Bromont. Le comité organisateur de l'événement vient de recevoir une douche froide, car il ne pourra pas compter sur l'aide financière du fédéral, a appris La Voix de l'Est.

Les dirigeants du COJEM avaient rencontré en mars... (Ryan Seyeau) - image 1.0

Agrandir

Les dirigeants du COJEM avaient rencontré en mars la ministre fédérale du Sport et des Personnes handicapées, Carla Qualtrough.

Ryan Seyeau

L'engagement financier d'Ottawa est «incontournable» pour la tenue des épreuves à Bromont en 2018, a réitéré à plusieurs reprises le président-directeur général démissionnaire du comité organisateur des Jeux équestres mondiaux (COJEM), Luc Fournier. «Quand j'arrive à l'international pour demander des commandites et que le gouvernement du pays qui reçoit les Jeux ne s'est pas commis, tout le monde reste sur ses gardes», avait-il indiqué en entrevue.

Les dirigeants du COJEM s'étaient entretenus avec la ministre du Sport et des Personnes handicapées, Carla Qualtrough, en mars à Ottawa. L'organisation souhaitait avoir la confirmation que le fédéral contribue «au minimum» à la hauteur de Québec aux Jeux, soit 8 750 000$. Une réponse à ce sujet était attendue au début avril. La décision est finalement tombée lundi. «Le gouvernement fédéral ne peut pas appuyer la présentation des Jeux équestres mondiaux de 2018 par l'entremise de Sport Canada. Les Jeux ont un budget approximatif de 100 millions de dollars. La viabilité financière de ce projet soulève des inquiétudes, car près de 66,6 millions de dollars des revenus doivent provenir du secteur privé. À ce jour, le secteur privé n'a confirmé aucune contribution, pas plus qu'un endosseur en cas de déficit», a indiqué au journal l'attachée de presse de la ministre Qualtrough, Ashley Michnowski.

Ultime obstacle?

Les embûches se multiplient depuis que le compte à rebours des Jeux équestres a été lancé il y a deux ans. Le projet de manège équestre a soulevé la grogne au sein de la population, obligeant les architectes à retourner à la table à dessin. De plus, les commanditaires privés n'ont pour ainsi dire jamais été au rendez-vous. Seul l'horloger suisse Longines, commanditaire de la Fédération équestre internationale (FEI), a accordé un peu plus de 3 M$. Pour sa part, Bromont s'est engagée à contribuer à la hauteur de 2 M$.

Rappelons que le budget de l'événement avoisine 80 millions pour les opérations. Une somme de 20 M$ est prévue en immobilisations, entre autres pour la construction d'un manège équestre. «Avec une partie d'imprévus, ça devrait tourner autour de 95 M$», avait fait valoir M. Fournier. Ce dernier avait par ailleurs démissionné en avril. «Ça prend un électrochoc. On s'en va dans le mur avec les Jeux équestres mondiaux», avait-il mentionné à La Voix de l'Est. Le président du conseil d'administration, François Duffar, ainsi que trois autres de ses membres avaient également quitté le navire.

Il y a près d'un mois, le COJEM a embauché la conseillère spéciale Susan Burkman afin d'analyser la situation financière de l'organisation. Le constat est sans équivoque: pour garder la tête hors de l'eau, les membres du comité doivent trouver «rapidement» 25 millions en commandites. La date butoir a été fixée par la FEI au 15 juillet. Or, le manque de liquidités du COJEM a forcé ses dirigeants, à la mi-juin, à mettre à pied temporairement une partie de ses effectifs.

Le fait qu'Ottawa ne soutienne pas financièrement les Jeux équestres sera-t-il l'ultime obstacle? On devrait avoir l'heure juste mercredi. Les membres du conseil d'administration du COJEM doivent se réunir au cours de la journée pour décider s'ils jettent ou non l'éponge.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer