Dix villes font front commun pour l'aréna de Bedford

La Ville de Bedford et dix municipalités ont... (Alain Dion, La Voix de l'Est)

Agrandir

La Ville de Bedford et dix municipalités ont signé, jeudi, l'entente de fourniture deservices qui leur permettra d'utiliser l'aréna de Bedford pour 10 ans.

Alain Dion, La Voix de l'Est

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Marie-Élise Faucher
La Voix de l'Est

(Bedford) L'aréna de Bedford devient «régional» après que la Ville ait signé, jeudi, une entente de fourniture de services avec dix des douze municipalités faisant partie de son bassin de hockey mineur.

Karine Deshaies ne s'explique pas la décision d'Henryville... (Fournie) - image 1.0

Agrandir

Karine Deshaies ne s'explique pas la décision d'Henryville de s'exclure de l'entente. Une pétition de 250 signatures a été acheminée à la Ville.

Fournie

Le maire de Bedford, Yves Lévesque.... (Alain Dion, La Voix de l'Est) - image 1.1

Agrandir

Le maire de Bedford, Yves Lévesque.

Alain Dion, La Voix de l'Est

Une bonne nouvelle pour les hockeyeurs et patineurs artistiques des municipalités signataires, qui pourront continuer à y pratiquer leur sport. Mais ce sera une tout autre histoire pour les jeunes sportifs résidant à Henryville et Pike River.

«La tarification importante qu'on va charger risque de décourager les parents», a confié à La Voix de l'Est le maire de Bedford, Yves Lévesque.

Ce montant exemplaire à l'inscription tracera la limite entre les municipalités signataires de l'entente de 10 ans et les deux villes qui n'ont pas accepté les conditions de partage des coûts. Autre distinction, les joueurs de Bedford paieront 50$ de moins que les joueurs des villes partenaires.

Le maire de Bedford a souvent répété dans le passé que l'aréna risquait de fermer sans un partenariat financier avec les villes voisines afin de partager les frais d'entretien et de gestion de l'aréna.

Partage des coûts

Désuet, l'aréna sera rénové au printemps 2017. Les frais de cette mise à niveau seront entièrement pris en charge par Bedford, qui a déjà déposé une demande de subvention dans le cadre du programme fédéral PIC-150 pour les infrastructures communautaires. La Ville compte aussi sur l'aide financière rendue disponible par le nouveau programme provincial pour les systèmes de réfrigération des arénas.

Quant aux frais d'utilisation de l'aréna, ils seront partagés à 20% par Bedford et à 80% par les dix municipalités partenaires. «Un aréna, c'est comme une bibliothèque, il y a peu de revenus et beaucoup de dépenses», a illustré le directeur général de la Ville de Bedford, Guy Coulombe. Cette perte annuelle représente environ 190 000$.

La facture annuelle de chaque municipalité variera entre 7000 et 15 000$. Cette contribution est composée d'un montant de base auquel s'ajoutent des montants déterminés en fonction de quatre paramètres: la population, la richesse foncière, le nombre d'utilisateurs mineurs et la proximité avec le Pôle de Bedford ou la MRC du Haut-Richelieu.

Proximité prise en compte

Une prime de proximité s'applique pour les membres du Pôle de Bedford. Cette prime se transforme en escompte pour les partenaires du Haut-Richelieu, que l'éloignement défavorisait.

Le maire de Saint-Sébastien, Martin Thibert, tenait à ce critère d'équité. «On va avoir beaucoup appris dans ce type de négociation», a-t-il mentionné en point de presse, ne cachant pas que les négociations avec la Ville de Bedford ont été difficiles.

«Quand on prend le montant à l'état pur, ça fait toujours un peu peur», a-t-il expliqué. La participation financière des municipalités prévue par l'entente était «raisonnable», a-t-il réalisé par la suite, joignant cette fois-ci sa voix à celle des huit municipalités qui étaient déjà en faveur de l'entente en avril dernier, ce qui n'était alors pas le cas de Saint-Sébastian. L'administration du Canton de Bedford a pris la même décision.

«Là, il nous reste à convaincre les deux autres municipalités!», a lancé Martin Thibert. Les coûts défrayés par les partenaires pour utiliser l'aréna diminueraient si les municipalités d'Henryville et de Pike River signaient l'entente. «La porte est grande ouverte», a signalé le maire de Bedford.

Pétition à Henryville

Certains citoyens d'Henryville ne s'expliquent pas le refus de leur mairesse, Andrée Clouâtre, d'adhérer au partenariat. «C'est de la mauvaise foi!», commente Karine Deshais, ne mâchant pas ses mots. Avec Geneviève Tremblay, une autre mère de famille, elles ont réuni 250 signatures dans une pétition déposée à la Ville le 6 juin dernier afin que leurs enfants ne soient pas «barrés» de l'aréna de Bedford.

Dix lettres d'entreprises, l'appui de la commission des loisirs d'Henryville et les arguments d'un regroupement de parents n'ont pas réussi à renverser la décision de la Ville. «Moi, je me suis fait répondre à une réunion du Conseil: ton gars ira jouer au soccer», témoigne la mère de famille, choquée.

Son fils faisait jusqu'à ce jour partie de l'Association de hockey de Bedford et sa fille du Club de Patinage artistique. «On passe toutes nos fins de semaine à l'aréna. C'est comme si quelqu'un voulait choisir nos passe-temps!», dénonce-t-elle.

La municipalité d'Henryville, rapporte Karine Deshaies, a calculé que sa participation à l'entente coûterait moins de 14$ par porte. «Là, je me fais dire, c'est pas à tout le monde d'Henryville de payer pour vos enfants qui jouent au hockey. Mais... oui! Je paie l'âge d'or et je n'en profite pas vraiment», argumente la femme de 39 ans.

Si Henryville ne signe pas l'entente, Karine Deshaies devra se déplacer jusqu'à Marieville pour les activités sportives de ces enfants. Une distance qui représente le double en temps et en coût lorsqu'elle compare avec Bedford.

La mère de famille demande à ce que ce «non-sens» soit réparé. «C'est important d'avoir accès à tous les sports», dit-elle. Quatorze jeunes et huit adultes d'Henryville font partie des usagers de l'aréna de Bedford.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer