Des cadets de la SQ en service dans la région

Les cadets de la Sûreté du Québec seront... (Christophe Boisseau-Dion)

Agrandir

Les cadets de la Sûreté du Québec seront de retour en Haute-Yamaska et dans Brome-Missisquoi. Dans l'ordre habituel: Frédéric Lacasse, Josianne Giroux-Tremblay, Naomie Perreault et Vlad Hilotii.

Christophe Boisseau-Dion

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Karine Blanchard
La Voix de l'Est

(Dunham) Surveillance dans les parcs. Rappel de la réglementation en vigueur. Prévention. Présence lors de grands rassemblements et dans les lieux publics. Les cadets de la Sûreté du Québec ne chômeront pas cet été. Les MRC de la Haute-Yamaska et de Brome-Missisquoi en accueilleront quatre au total afin d'assurer une présence policière accrue sur le territoire.

«C'est une visibilité, une présence qui est très appréciée. C'est des yeux de plus au niveau de la MRC», affirme le sergent Jacques Roy, directeur adjoint du poste de la SQ de la Haute-Yamaska où les cadets Naomie Perreault et Vlad Hilotii sont en service.

«C'est un outil qui nous permet de décupler nos forces, nos ressources. Et on est heureux de contribuer à la relève», renchérit le lieutenant Daniel Campagna, directeur du poste de la SQ Brome-Missisquoi. Frédéric Lacasse et Josianne Giroux-Tremblay sont les cadets qui desserviront le territoire de Brome-Missisquoi pendant la saison estivale.

Les principaux mandats des aspirants policiers sont d'assurer une présence dans les lieux publics comme les parcs, notamment lors de grands rassemblements, rappeler aux citoyens les lois et règlements en vigueur, sensibiliser les jeunes sur différents sujets dans les garderies et les camps de jour, prévenir la fraude auprès des commerçants et les vols de voitures dans les stationnements publics.

Présence dissuasive

Même s'ils ne peuvent donner de contravention - ils peuvent toutefois faire appel aux policiers en service au besoin -, leur présence est dissuasive et porte ses fruits. «Le contact avec les citoyens, les jeunes, ça ouvre des portes. Le service est tout à fait apprécié», affirme Sylvie Raymond, la mairesse d'East Farnham.

«Ils sont très présents. Ils se déplacent à vélo donc ils sont plus vus, dit le maire de Shefford, André Pontbriand. Ils font un travail énorme.»

Josianne Giroux-Tremblay, qui a terminé sa formation à l'École nationale de police, en sera à sa deuxième expérience. «C'est un honneur d'être encore cadet», dit-elle, en ajoutant que le travail principal est la prévention. Son coéquipier, qui a terminé sa première année en techniques policières, est emballé par son mandat estival. «C'est important le contact avec le citoyen et être cadet nous le permet, dit Frédéric Lacasse. C'est une expérience pour voir en temps réel c'est quoi être policier.»

Vlad Hilotii et Naomie Perreault, qui entameront leur dernière année en techniques policières cet automne, en sont à leur première expérience comme cadets. «J'ai décidé de devenir cadet pour voir ce qu'est le métier de policier», dit le jeune homme. «C'est mon rêve d'être policière à la Sûreté du Québec et je vais voir ce qu'est le travail», ajoute sa collègue.

Les cadets, qui ont amorcé leur mandat au cours des derniers jours, seront en service jusqu'à la fin du mois d'août. Au Québec, ils sont 66 cadets répartis dans 33 MRC.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer