Pas de référendum à Cowansville

«Ils (les promoteurs) vont nous présenter en temps... (Christophe Boisseau-Dion, La Voix de l'Est)

Agrandir

«Ils (les promoteurs) vont nous présenter en temps et lieu ce qu'ils veulent faire de leur propriété, a dit d'une voix éteinte le maire Fauteux. Le conseil va prendre une décision une fois qu'il aura pris connaissance des plans d'architecte arrêtés et pas sur des idées.»

Christophe Boisseau-Dion, La Voix de l'Est

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Michel Laliberté
La Voix de l'Est

(Cowansville) Les citoyens de Cowansville n'auront pas à dire s'ils sont d'accord ou non avec la construction d'un édifice de 150 logements sur quatre étages dans un secteur patrimonial de la rue Principale. La Ville abandonne l'idée de tenir un référendum sur le projet.

Quelque 80 citoyens, dont plusieurs se trouvaient à l'extérieur... (Christophe Boisseau-Dion, La Voix de l'Est) - image 1.0

Agrandir

Quelque 80 citoyens, dont plusieurs se trouvaient à l'extérieur de la salle du conseil faute de places, assistaient à la séance. Plusieurs ont applaudi quand le maire Arthur Fauteux a annoncé qu'il n'y aurait pas de référendum.

Christophe Boisseau-Dion, La Voix de l'Est

En ouverture d'assemblée mardi soir, le maire Arthur Fauteux a annoncé que le conseil retirait les modifications au règlement de zonage permettant la réalisation du projet. Ces modifications proposées faisaient passer le nombre d'étages autorisés dans ce secteur de la rue Principale de deux à quatre. De nombreux citoyens se sont opposés à celles-ci lorsqu'elles ont été dévoilées dans le nouveau plan d'urbanisme de la municipalité déposé l'automne dernier.

«Il n'y aura pas de référendum parce qu'il n'y a plus de projet», a indiqué M. Fauteux aux quelque 80 citoyens présents dont plusieurs se tenaient à l'extérieur de la salle du conseil faute de places disponibles. Une forte majorité d'entre eux ont accueilli l'annonce avec des applaudissements. «Ils (les promoteurs) vont nous présenter en temps et lieu ce qu'ils veulent faire de leur propriété, a-t-il dit d'une voix éteinte. Le conseil va prendre une décision une fois qu'il aura pris connaissance des plans d'architecte arrêtés et pas sur des idées.»

Le 6 avril dernier, 677 citoyens ont signé le registre sur le nouveau règlement de zonage qui autorisait la construction d'édifices de quatre étages. Un minimum de 500 signatures était requis pour exiger la tenue d'un référendum sur cette question. Cela laissait deux options au conseil: organiser un référendum auprès de l'ensemble des citoyens ou retirer le règlement.

Vice démocratique

S'il s'est réjoui de la décision du conseil de ne pas aller de l'avant avec un référendum, Ghyslain Vallières affichait une moue sérieuse. Membre du Comité Robinson - le groupe de citoyens qui a mené bataille contre la Ville dans cette affaire -, il a de nouveau déploré le «vice démocratique» entourant le processus d'adoption du nouveau plan d'urbanisme. «On est contents, c'est certain. Mais, on n'en serait pas là si la Ville avait bien agi dès le début en disant exactement aux gens ce qu'elle voulait faire du terrain de la maison Robinson, soit la détruire et bâtir un édifice de quatre étages. Ça ne s'est pas passé comme ça.»

M. Vallières critique la décision du conseil d'avoir utilisé le processus de révision du plan d'urbanisme de la Ville pour faire passer ce projet. «On n'a jamais pu faire de débat parce qu'ils voulaient le passer rapidement. On peut maintenant prendre notre temps et faire un vrai débat sur ce qu'on peut faire sur ce terrain», a dit l'ancien conseiller.

En retirant les modifications au règlement de zonage pour le secteur de la rue Principale, les anciennes dispositions sont à nouveau entrées en vigueur. Les constructions permises comprennent les maisons unifamiliales, les jumelées et les duplex. Le terrain de 1,4 hectare pourrait être subdivisé.

Le conseil reprend le processus d'adoption du plan d'urbanisme révisé. Une première rencontre d'information à l'intention des citoyens aura lieu le 2 juin à la bibliothèque Gabrielle-Giroux-Bertrand de 12 h à 19 h. Une consultation publique aura ensuite lieu le 16 juin, de 16 h à 20 h, également à la bibliothèque. Les citoyens ont jusqu'au 30 juin pour soumettre un mémoire. Le nouveau plan d'urbanisme devrait être adopté lors de la séance régulière du conseil le 2 août.

Règlement de démolition

Le maire Fauteux a indiqué que le conseil déposera en juin un règlement sur la démolition.

Plusieurs conseillers ont exprimé leur étonnement à La Voix de l'Est la semaine dernière en apprenant que les propriétaires du 738 de la rue Principale ont demandé et obtenu la journée même un permis de démolition pour la maison Robinson. Ils ignoraient que la Ville ne possédait aucun règlement sur la démolition.

La maison a depuis été démolie. Des traces d'amiante ont été découvertes. Aucune caractérisation des matériaux à l'intérieur de la maison n'avait été effectuée par les propriétaires, comme le prévoit la loi. Ceux-ci ont également omis d'aviser la Commission des normes, de l'équité, de la santé et de la sécurité du travail (l'ancienne CSST) qu'ils ouvraient un chantier.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer