Limocar: seul l'arrêt de Mont Sutton disparaîtra

Pour faire valoir sa demande devant la commission... (Archives La Voix de l'Est)

Agrandir

Pour faire valoir sa demande devant la commission lors de l'audience publique de janvier dernier, le président de Transdev, Jean-Claude Lévesque, a allégué que la rentabilité du service aux arrêts de Lac-Brome et de Farnham avait chuté de plus de 15% entre 2012 et 2015.

Archives La Voix de l'Est

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Marie-Ève Martel
La Voix de l'Est

(Sutton) Le transporteur Transdev, propriétaire de Limocar, devra maintenir ses points de service de Farnham et de Lac-Brome. En contrepartie, il pourra éliminer celui qui se trouve à la station de ski Mont Sutton, a tranché la Commission des Transports du Québec (CTQ), dans une décision rendue lundi.

Rappelons qu'en novembre dernier, l'entreprise avait affiché un avis de modification d'horaire touchant les points de service de Ski Sutton, du Dépanneur Rouge de Lac-Brome et de la Tabagie Super Club Vidéotron de Farnham, arrêts qui font partie de la boucle Brome-Missisquoi de la ligne locale reliant Sherbrooke à Montréal.

Pour faire valoir sa demande devant la commission lors de l'audience publique tenue en janvier, le président de Transdev, Jean-Claude Lévesque, avait allégué que la rentabilité du service à ces arrêts a chuté de plus de 15% entre 2012 et 2015. L'an dernier seulement, l'entreprise aurait enregistré des pertes de plus de 70 000$ pour le trajet de Lac-Brome et de près de 172 000$ pour le tronçon reliant Farnham et Ange-Gardien. Par ailleurs, à peine quatre passagers se prévalent en moyenne du service à Lac-Brome, par aller-retour; ils ne seraient qu'une vingtaine par mois à voyager entre Cowansville et Farnham.

De plus, environ 80% de la clientèle de la ligne serait constituée de travailleurs se rendant à Montréal. Selon M. Lévesque, la suppression des arrêts de Farnham et de Lac-Brome aurait pour effet d'accélérer le déplacement, ce qui pourrait attirer de nouveaux passagers d'ici deux à trois ans. Ce faisant, l'entreprise pourrait renouer avec la rentabilité du service grâce à un achalandage accru aux arrêts de Bromont et d'Ange-Gardien.

Le président a aussi fait valoir que de nouveaux concurrents dans le domaine du covoiturage ont grugé l'achalandage de ses autobus interurbains.

Pour pallier la baisse de service, Transdev s'était dite ouverte à financer un service de taxi-bus pour les passagers de Farnham qui voudraient monter dans la navette à partir d'Ange-Gardien.

Enfin, comme le débarcadère de Mont Sutton fait partie d'un parcours alternatif saisonnier et qu'il y a un autre point de service au dépanneur de la municipalité, l'entreprise juge qu'elle pourrait continuer à desservir Sutton adéquatement.

Manque de communication

Plusieurs parties intéressées, dont deux usagers de Limocar, avaient pour leur part témoigné pour le maintien des arrêts.

Le maire de Sutton, Louis Dandenault, avait pour sa part déploré «un manque de communication» de la part du transporteur, qui informerait mal les usagers de son service, ce qu'a aussi corroboré la MRC Brome-Missisquoi, par l'entremise de sa directrice du transport adapté collectif, Julie Langevin. Celle-ci avait fait état de l'impact sur les citoyens de la région d'une diminution du service. Selon des résolutions déposées à l'audience, les municipalités et la MRC n'avaient pas été consultées au préalable par l'entreprise avant qu'elle n'annonce les modifications souhaitées.

Mme Langevin avait également remarqué une diminution de l'offre de service, alors que le transporteur en faisait peu la publicité, ce qui pourrait expliquer la baisse d'achalandage sur la ligne de transport.

Preuve incomplète

La vice-présidente de la CTQ, Virginie Massé, a noté que Transdev n'appuyait pas toujours ses affirmations par des données concrètes permettant de dresser un portrait réaliste de la situation actuelle. «Il est, dans ces circonstances, impossible de circonscrire l'impact véritable de la suppression proposée sur la population», consigne-t-elle dans sa décision, ajoutant que «la preuve n'a pas démontré un déficit chronique du service de transport par autobus, transport interurbain exploité par Transdev sur cette ligne mettant en péril la pérennité du service offert».

Selon Mme Massé, l'entreprise n'a pas démontré qu'elle avait tenté de réduire ses pertes financières par une augmentation des tarifs pour le service de transport de Farnham et de Lac-Brome. Au contraire, souligne-t-elle, «la Commission a accordé le 8 janvier 2015 la demande de Transdev qui visait une augmentation de 2,8% de tous ses tarifs excluant les villes de Farnham, Cowansville, Sutton et Lac-Brome.»

Pour ces raisons, la commission a rejeté les demandes de suppression des deux premiers arrêts tout en accédant à celle d'éliminer le point de service de la station de ski.

Transdev n'a pas donné suite à la demande d'entrevue de La Voix de l'Est. Il n'a pas été possible d'obtenir les commentaires du maire de Farnham, Josef Hüsler, ni du maire de Lac-Brome, Richard Burcombe. M. Dandenault nous a référé à la MRC de Brome-Missisquoi, qui souhaitait de son côté obtenir plus d'informations avant de se prononcer.

Ligne express: plusieurs voyages retranchés

La CTQ avait par ailleurs rendu des décisions concernant les services de la ligne express Montréal-Sherbrooke de Limocar le 4 avril dernier. Comme demandé par Transdev, on retranchera notamment, en semaine, trois voyages aller-retour entre Montréal et Sherbrooke ainsi que deux liaisons entre Montréal et Bromont.Un voyage de fin de soirée sera également retiré les vendredis, samedis, et dimanches. Le dernier départ de Montréal sera dorénavant fixé à 20 h 30, plutôt que 22 h 45.

Qui plus est, «certaines fréquences seront réduites en période estivale», indique la décision 2016-QCCTQ-0890.

Dans son analyse, la CTQ reconnaît que «cette modification d'horaire et de fréquence réduit les services offerts actuellement à la population et crée des irritants pour certains usagers de ce service».

Les parties oppoées aux modifications étaient toutefois absentes lors de l'audience publique.

Clientèle de travailleurs

À la lumière du témoignage du président de Transdev, Jean-Claude Lévesque, la commission a constaté que «la principale clientèle desservie est une clientèle de travailleurs qui se rend à Montréal le matin pour revenir en fin de journée et non une clientèle de fin de soirée», d'où son approbation finale.

Une seconde décision de la CTQ porte sur des «changements mineurs», soit le déplacement de certains départs et l'ajout d'une période d'attente de 15 minutes à l'Autoparc 74, à Granby. Des requêtes d'usagers ont été repoussées puisqu'elles n'étaient pas directement liées aux demandes de Transdev dans ce dossier.

Ces modifications avaient au préalable été affichées conformément à l'article 22 du Règlement sur la procédure de la Commission des transports du Québec. Jonathan Gagnon

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer