56% des déchets des citoyens revalorisés à Bromont

Le taux de revalorisation des déchets produits par... (Janick Marois, La Voix de l'Est)

Agrandir

Le taux de revalorisation des déchets produits par les citoyens de Bromont est passé de 39% à 56 % en un an, a annoncé la mairesse Pauline Quinlan. La collecte des matières organiques lancée en avril 2015 a permis à la Ville d'effectuer ce bond spectaculaire.

Janick Marois, La Voix de l'Est

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Michel Laliberté
La Voix de l'Est

(Bromont) La collecte des matières organiques à Bromont a permis aux citoyens de réduire substantiellement leur empreinte écologique collective au cours des 12 derniers mois. Un total de 844,86 tonnes de déchets organiques normalement destinés à l'enfouissement ont plutôt été transformés en compost, permettant à la municipalité de faire passer son taux de revalorisation de déchets de 39% à 56%.

La participation citoyenne a réjoui Pauline Quinlan. «C'est un beau moment aujourd'hui pour nous de souligner tous ces efforts faits par nos citoyens. Nous pouvons en être très fiers», a affirmé la mairesse, profitant vendredi matin du Jour de la Terre pour dresser le bilan de cette nouvelle collecte. Elle a rappelé l'importance de l'ensemble des gestes posés pour protéger l'environnement, soulignant les discussions en cours à New York entre plusieurs pays pour la ratification de l'Accord de Paris sur le climat.

Le bilan des matières résiduelles à Bromont s'améliore année après année. Des 4063,19 tonnes produites par les citoyens de Bromont entre les 22 avril 2015 et 2016, 2295,08 ont été recyclées ou revalorisées, soit 1395,68 tonnes de matières recyclables et 899,4 tonnes de matières organiques et vertes (retailles de gazon, branches, résidus de plates-bandes). Les 1768,08 tonnes restantes ont été enfouies. Cette performance fait en sorte que son taux de revalorisation atteint maintenant 56%.

La mairesse Pauline Quinlan veut partager les connaissances acquises lors de la collecte des bacs bruns avec les autres municipalités de la région. «Avec notre expérience, nous sommes capables de dire ce qui fonctionne et ce qui ne fonctionne pas», a-t-elle dit (voir encadré: Voie tracée).

L'administration municipale entend poursuivre sur sa lancée. Elle souhaite inclure en plus des édifices de 9 logements et plus à sa collecte des matières. Cela ajouterait 437 portes aux 4644 logements et maisons déjà desservis. L'inclusion des édifices à logements représente un défi dans toutes les municipalités qui offrent le service de collecte de bacs bruns.

ICI et réflexions

Les industries, commerces et institutions (ICI) pourraient également être inclus à court terme. Une rencontre est prévue la semaine prochaine avec des représentants de Recyc-Québec pour explorer les avenues possibles, a indiqué Jean Langevin, directeur général de la Ville.

Beaucoup de travail reste à faire pour améliorer le bilan de la Ville, a dit M. Langevin. La fréquence des différentes collectes sera étudiée, les types de bacs utilisés, les besoins des villégiateurs, la revalorisation des plastiques agricoles, les matières acceptées dans l'écocentre. «Ce sont des réflexions que nous avons à faire», a-t-il dit.

Pour guider ces réflexions, la Ville a mis en ligne un sondage pour cerner les besoins des citoyens. Il sera sur le site internet de la Ville jusqu'au 10 juin 2016.

En 2030, le Plan de développement durable de Bromont vise à faire en sorte que l'enfouissement de déchets soit chose du passé.

Voie tracée

L'expérience de Bromont pourra servir aux municipalités qui souhaitent offrir un tel service à leurs citoyens, croit Valérie Nantais-Martin, coordonnatrice en environnement à la MRC Brome-Missisquoi. Notamment celles de la MRC Brome-Missisquoi qui doivent dans la prochaine année décider comment elles revaloriseront les matières organiques de leurs citoyens.

«Ce sont de très bons résultats que la Ville de Bromont présente. Ça va encourager les discussions avec les municipalités pour voir ce qu'elles peuvent faire», a expliqué Mme Nantais-Martin, présente vendredi au dévoilement du bilan.

La Régie intermunicipale d'élimination de déchets solides de Brome-Missisquoi a annoncé la semaine dernière qu'elle construira une plateforme de compostage pour desservir les municipalités de la MRC. La direction de l'organisme paramunicipal présentera son projet aux élus ainsi qu'aux directions générales des 21 municipalités de la MRC. «Ça va dédramatiser ce que les gens pensent du compostage», estime Mme Nantais-Martin.

Les villes de Bedford, Cowansville, Dunham et Farnham, propriétaires de la Régie, amorceront leur collecte des matières organiques en 2017.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer