Brome-Missisquoi: séduire les touristes américains

Le CLD Brome-Missisquoi planche sur une campagne marketing... (Julie Catudal, archives La Voix de l'Est)

Agrandir

Le CLD Brome-Missisquoi planche sur une campagne marketing pour encourager les Américains à découvrir les attraits touristiques de la région. Sur la photo, on peut voir le moulin Freligh, situé à Frelighsburg.

Julie Catudal, archives La Voix de l'Est

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Michel Laliberté
La Voix de l'Est

(Cowansville) Le CLD Brome-Missisquoi planche sur une campagne marketing pour encourager les Américains à découvrir les attraits touristiques de la région. Sur la photo, on peut voir le moulin Freligh, situé à Frelighsburg.

C'est à la demande de quelques maires que l'équipe du CLD Brome-Missisquoi se penche sur le dossier, explique son directeur du développement économique, Denis Beauchamp. «Y a-t-il moyen de tirer avantage de ce contexte pour encourager nos voisins à venir nous voir? On travaille là-dessus», dit-il.

Le montage de la campagne de publicité démarre, a dit M. Beauchamp. Des rencontres avec des partenaires de l'industrie touristiques, incluant des entreprises de récréation et agrotouristiques, sont prévues pour s'assurer de leur participation financière.

Des discussions devront aussi être entamées avec Tourisme Cantons-de-l'Est, a-t-il ajouté. On sait déjà que deux États seront ciblés, soit le Vermont et le New Hampshire.

L'échéancier donné est court, reconnaît M. Beauchamp, mais il est confiant de pouvoir y arriver à temps.

Le potentiel touristique à développer venant du sud est important, souligne M. Beauchamp. Un sondage mené auprès de 2000 touristes qui sont venus dans la région en 2012 a révélé que seulement 3 % d'entre eux provenaient des États-Unis, et ce malgré leur proximité avec la région. Les visiteurs viennent dans une proportion de 83 % d'autres régions du Québec.

Vendre la région

La région a déjà été plus fréquentée par les Américains, a fait remarquer M. Beauchamp, citant la fin des années 90 et le début des années 2000. Le contexte international a changé depuis, note-t-il.

Les attentats du 11 septembre 2001, suivi du resserrement des contrôles douaniers et de la crise du SCRAS (syndrome respiratoire aigu sévère) ont découragé les Américains de voyager au Canada, a indiqué M. Beauchamp. Par ailleurs, le refus du Canada de participer à la guerre en Irak en 2003 a également eu un impact négatif.

Fait intéressant, soutient-il, la valeur du dollar n'est pas un facteur déterminant quand vient le temps de choisir une destination. Ce qui importe, c'est qu'elle soit attirante, dit M. Beauchamp.

Le défi pour une organisation comme le CLD est justement de vendre la région en faisant connaître son offre d'activités et de bien cibler les clientèles. «On ne vend pas que des activités; on vend une notoriété», résume-t-il. «Faire vivre une expérience aux gens, c'est ce qu'il faut faire pour se signaler.»

Les statistiques touristiques démontrent que 41 % des visiteurs dans Brome-Missisquoi s'y rendent pour des activités de magasinage, 30 % pour y pratiquer des activités de plein air (ski, vélo, randonnée) et 27 % pour des activités en lien avec l'agroalimentaire (vignobles et vergers).

L'industrie touristique se décline en 24 catégories de clients, stipule M. Beauchamp. La région de Brome-Missisquoi carbure fort auprès des gens actifs âgés de 45 à 65 ans. Hier après-midi, le huard se transigeait 72,46 ¢ face au dollar américain.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer