Coupe illégale d'arbres: pas d'amende à Sutton

«La Ville a présenté un projet de garage,... (Alain Dion, La Voix de l'Est)

Agrandir

«La Ville a présenté un projet de garage, mais ce qui se passe, c'est autre chose. On dirait une carrière», lance Louise Gratton en pointant les excaveuses et descamions-bennes s'affairant sur le site.

Alain Dion, La Voix de l'Est

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Michel Laliberté
La Voix de l'Est

(Sutton) La Ville de Sutton n'imposera pas d'amende à Excavation Dominic Carey pour avoir abattu illégalement des arbres sur un terrain industriel du chemin Schweizer. En lieu et place, l'administration municipale et le propriétaire de l'entreprise se sont entendus pour que ce dernier plante des arbres une fois la construction de son garage terminée.

La compagnie ne possédait pas de permis pour abattre des arbres, confirme le maire Louis Dandenault. Une mauvaise communication entre le propriétaire de l'entreprise, Dominic Carey, et le service de l'urbanisme responsable de l'émission de permis est à l'origine de la coupe illégale, a-t-il expliqué.

«On lui a dit qu'il pouvait faire le ménage», a dit M. Dandenault. «Pour lui, ça voulait dire qu'il pouvait couper les arbres. Il pensait qu'il pouvait le faire. Il a fait une erreur.»

M. Dandenault dit ignorer combien d'arbres ont été abattus. Des résidants du secteur estiment qu'environ 75 arbres ont été coupés, dont des conifères de grandes tailles.

La Ville aurait pu sévir, a indiqué M. Dandenault. Elle a préféré discuter avec l'entrepreneur pour trouver une solution afin de réparer son erreur, a-t-il ajouté. «Il accepte de planter beaucoup d'arbres. On pense que c'est une solution qui va satisfaire nos citoyens. C'est ce que le service de l'urbanisme a proposé. Le conseil est d'accord.»

Le maire n'a pas voulu se prononcer sur la méconnaissance de M. Carey, un entrepreneur avec une longue expérience dans le milieu, à propos des règlements municipaux sur la coupe d'arbres. «Demandez-lui», a-t-il dit.

M. Carey pensait que la coupe d'arbres est permise si elle n'est pas faite à des fins commerciales, a-t-il dit lorsque nous l'avons joint en fin d'après-midi. «J'ai des clients qui ont acheté des terrains pour se construire et en ont coupé. Ils n'avaient pas de permis.»

L'entrepreneur, qui compte 15 ans d'expérience, justifie son erreur en parlant d'une confusion dans les directives de la Ville. «On m'a dit que je pouvais nettoyer. Tant que je ne creusais pas les fondations», a-t-il précisé.

Une quinzaine d'arbres, des pins, ont été abattus, selon M. Carey. «C'était des arbres malades. Ce n'est pas la fin du monde», a-t-il dit.

Excavation d'ampleur

Depuis deux semaines, l'entreprise de M. Carey procède à d'importants travaux sur un terrain industriel lui appartenant au coin des chemins Schweizer et Scenic. Le projet consiste à construire un bâtiment de 1672 mètres carrés (18 000 pieds carrés). Il servira de garage ainsi que de bureaux administratifs.

Des citoyens du secteur se plaignent de l'ampleur des travaux d'excavation. «La Ville a présenté un projet de garage, mais ce qui se passe, c'est autre chose. On dirait une carrière», lance Louise Gratton. «Ils ont enlevé toute la terre en surface et continuent de creuser», dit-elle pointant les excaveuses et des camions-bennes s'affairant sur le site.

«C'est sept jours sur sept. Ils creusent sans arrêt depuis des jours», soutient Jean-Bernard Beaudry, qui habite la maison en face du terrain. «Ça ne finit plus. La maison tremble à cause de ces travaux.»

Mme Gratton estime que la Ville a erré en présentant le projet lors de la consultation publique du 7 décembre dernier. «On ne nous a jamais parlé d'un projet d'une telle ampleur. La Ville doit expliquer ce qui se passe», estime-t-elle.

Les profondes tranchées creusées le long de la voie ferrée l'ont été pour installer les tuyaux pour le système de géothermie, a dit M. Carey. Les travaux d'excavation sur le reste du site consistent à niveler le terrain pour ensuite l'imperméabiliser. Outre le bâtiment à construire, l'entrepreneur a laissé entendre que le site sera utilisé pour stationner ses camions, entreposer des équipements ainsi que des matériaux tels du gravier, du sable et de la terre. «Tout va être bien fait», assure-t-il.

Les travaux devraient prendre encore deux mois, a dit M. Carey.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer