Déplacement d'élèves à Bromont

Val-des-Cerfs maintient sa décision

«À un moment donné, la ligne doit être... (Christophe Boisseau-Dion, La Voix de l'Est)

Agrandir

«À un moment donné, la ligne doit être tracée, indique le président de Val-des-Cerfs, Paul Sarrazin. On aimerait pouvoir tout faire, mais on est pris.» La suggestion du conseil d'établissement de l'école Saint-Vincent-Ferrier n'aurait fonctionné qu'un an, dit le directeur général par intérim, Éric Racine (à gauche). À droite, la vice-présidente de la commission scolaire, France Choinière.

Christophe Boisseau-Dion, La Voix de l'Est

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Pascal Faucher
La Voix de l'Est

(Granby) Le sous-sol de l'église Saint-Vincent-Ferrier de Bromont ne sera pas mis à contribution pour que l'école primaire voisine accueille plus d'élèves l'an prochain, a décidé hier la commission scolaire du Val-des-Cerfs.

Tel que prévu, une centaine d'élèves prendront donc le chemin de l'école de La Chantignole, à Bromont, ou de La moisson d'or, à Saint-Alphonse-de-Granby, en 2016-2017.

Secondé par plusieurs parents, le conseil d'établissement de l'école Saint-Vincent-Ferrier suggérait plutôt à Val-des-Cerfs d'utiliser un local situé au sous-sol de l'église qui, par le passé, avait déjà servi de classe supplémentaire. Un local multifonctionnel de l'école aurait aussi pu être transformé en classe régulière.

Mais la commission scolaire a rejeté cette idée. En vertu des projections démographiques et des règles de bâtiment, cette solution n'aurait fonctionné qu'un an, a indiqué le directeur général par intérim, Éric Racine. Or, le découpage scolaire est un exercice laborieux qui n'est effectué qu'aux trois ans.

«Dans cette optique, ce n'était pas viable de coincer ainsi la direction de l'école», a dit M. Racine. Quant à l'école de La moisson d'or, «on n'est pas portés à croire que ça va déborder», souligne M. Racine.

«Je comprends vos préoccupations en tant que parent; j'en suis un moi-même, a ajouté le DG de Val-des-Cerfs. Mais en tant qu'administrateur, je dois prendre des décisions qui ne sont pas toujours porteuses de bonnes nouvelles.»

Roulottes

Depuis 2014, Val-des-Cerfs finançait l'aménagement de «roulottes temporaires» à côté de l'école primaire Saint-Vincent-Ferrier, mais elles se font vieilles et leur maintien aurait nécessité un coût annuel de 240 000$. Bromont, Brigham et East Farnham ne s'étaient engagés à les maintenir que pour un an.

C'est une amère déception pour le président du conseil d'établissement de l'école Saint-Vincent-Ferrier, Maxime Bélisle. Il invoque qu'en plus de séparer des élèves et d'en forcer plusieurs à faire plus de kilométrage pour aller à l'école, des enfants seront aussi séparés en arrivant au secondaire. Ceux de La moisson d'or iront à Cowansville, tandis que ceux de Bromont vont à Granby.

«Il y a toujours des tiraillements, mais à un moment donné, la ligne doit être tracée, a dit le président de Val-des-Cerfs, Paul Sarrazin. On aimerait pouvoir tout faire, mais on est pris.»

École primaire Saint-Vincent-Ferrier

Capacité: 288 élèves

Projection pour l'an prochain: 334 élèves

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer