Prêt à passer à un autre niveau

Le comité de sauvegarde du bassin versant du... (Alain Dion, archives La Voix de l'Est)

Agrandir

Le comité de sauvegarde du bassin versant du lac Davignon veut réaliser l'inventaire des espèces de poissons du lac.

Alain Dion, archives La Voix de l'Est

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Michel Laliberté
La Voix de l'Est

(Cowansville) Le comité de sauvegarde du bassin versant du lac Davignon veut passer à un autre niveau pour mieux protéger le lac. Pour y arriver, il s'inspirera d'autres groupes environnementaux dans la région.

Marie-France Beaudry, conseillère municipale et membre du conseil... (Alain Dion, archives La Voix de l'Est) - image 1.0

Agrandir

Marie-France Beaudry, conseillère municipale et membre du conseil d'administration du comité de sauvegarde du bassin versant du lac Davignon.

Alain Dion, archives La Voix de l'Est

L'organisme scrute depuis un certain temps le travail réalisé ces dernières années par Renaissance lac Brome et les Amis du bassin versant du lac Waterloo, explique Marie-France Beaudry, conseillère municipale et membre du conseil d'administration du comité de sauvegarde.

«On voit leurs projets, on voit leurs réalisations. C'est très impressionnant. On apprend d'eux», soutient-elle.

Comme ces deux organisations le font depuis des années, le comité de sauvegarde veut parfaire sa connaissance du lac Davignon. Des membres bénévoles prélèvent déjà des échantillons d'eau depuis quelques années pour analyser sa qualité.

Ils veulent maintenant en apprendre plus sur les poissons qui habitent le plan d'eau. Dans cette optique, ils proposent de réaliser un inventaire des espèces de poissons.

Un projet d'inventaire ichtyologique, préparé par Marc-André Lacroix, sera déposé sous peu au Pacte Brome-Missisquoi pour l'obtention d'une subvention. L'étude coûterait 8704 $. Le subside demandé est de 5657 $. Le conseil municipal de Cowansville s'engage à y participer à la hauteur de 2000 $. Le comité paiera le reste des coûts.

«On veut voir comment se porte l'écosystème du lac. Est-ce qu'il y a des espèces envahissantes, comme des carpes ou des écrevisses rouges? On a des gens qui nous disent en avoir vu. C'est important de la savoir parce qu'on ensemence le lac de truites tous les ans. C'est ce qu'on veut creuser», a dit hier en entrevue M. Lacroix. Il signale que le dernier inventaire produit pour le lac Davignon remonte au milieu des années 70.

C'est un début, signale Mme Beaudry. L'idée est que l'étude mène vers d'autres projets d'acquisition de connaissance, mais aussi de projets terrains.

«Ça va nous donner de l'information sur la santé du lac, sur ce qu'on peut faire pour l'améliorer», a-t-elle dit hier en entrevue. «Si on veut faire parler de nous, il faut que ça bouge, qu'on fasse des projets comme ça.»

Peu de ressources financières

Le comité de sauvegarde du bassin du lac Davignon ne dispose pas de grandes ressources financières. Il se finance essentiellement par l'entremise de la vente de cartes de membre au coût annuel de 10 $. L'organisme compte environ 150 membres, a dit Mme Beaudry.

L'argent suffit pour l'instant à payer les dépenses du comité, soutient-elle. Outre les activités d'échantillonnage, le comité s'occupe de recenser les bernaches pour éviter qu'ils grossissent en nombre et il installe des panneaux tout autour du lac rappelant aux gens de ne pas le polluer.

La conseillère Beaudry croit toutefois que le comité ajoutera à ses activités à court terme. «On a déjà pas mal de riverains du lac dans le comité. Mais d'autres citoyens sont devenus membres, des gens qui n'habitent pas le long du lac. On veut que ça continue parce que le lac appartient à tous les citoyens.»

La Ville se tient prête à appuyer financièrement le comité, a dit Mme Beaudry. «On est prêt à donner de l'argent pour des projets intéressants», a-t-elle assuré.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer