Un congédiement réclamé à Roxton Pond

La citoyenne Martine Ruel rappelle que depuis l'arrivée... (Julie Catudal, La Voix de l'Est)

Agrandir

La citoyenne Martine Ruel rappelle que depuis l'arrivée de M. Lee au poste de DG, quatre responsables municipaux ont quitté ou ont été licenciés, dont son conjoint, Philippe Brasseur, ancien directeur des services incendie de Roxton Pond.

Julie Catudal, La Voix de l'Est

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Roxton Pond) Une citoyenne de Roxton Pond, Martine Ruel, réclame le congédiement pur et simple du directeur général de la ville, Frédérick Lee, pour divers agissements qu'elle qualifie de «non professionnels» depuis son entrée en poste en novembre 2014.

Elle en a fait la demande lors de la dernière séance du conseil municipal de la ville, mardi dernier. «Je suis une citoyenne attachée à ma municipalité, je ne fais pas ça par vengeance ou par colère, mais simplement, car je crois que les citoyens méritent mieux comme gestion», explique-t-elle.

Mme Ruel rappelle que depuis l'arrivée de M. Lee au poste de DG, quatre responsables municipaux ont quitté ou ont été licenciés, dont son conjoint, Philippe Brasseur, ancien directeur des services incendie de Roxton Pond.

«C'est certain que la gestion municipale se fait plus difficilement, à cause de tous les changements que ça apporte. Le directeur d'urbanisme (Fabrice Beniey), la responsable de la voirie (Sonia Lacasse), le responsable des permis (Jonathan Massicotte) et le directeur des incendies (Philippe Brasseur) ne sont plus dans le portrait. Je me questionne donc sur le climat de travail à l'hôtel de ville», craint-elle.

Selon Martine Ruel, ce n'est pas le fruit du hasard. «Nous sommes en droit de nous questionner sur les raisons réelles de ces départs», affirme-t-elle.

De son côté, le maire de Roxton Pond, Raymond Loignon, a martelé que le climat de travail était sain à la mairie et que les gens avaient quitté «pour connaître de nouveaux défis».

Manque de communication

Selon le code d'éthique des directeurs généraux du Québec, «la direction générale encourage une communication empreinte de courtoisie et de transparence dans l'exercice de ses fonctions. Elle se conduit de façon à maintenir la confiance de tous dans sa fonction, dans les actions du conseil et dans les tâches accomplies sous son autorité».

Martine Ruel considère que Frédérick Lee n'agit pas en ce sens. «Désormais, aucun achat ne peut être fait sans l'approbation du DG. Une journée qu'il n'était pas là, la caserne de pompiers est venue à manquer de sacs à poubelles. Un pompier a reçu un blâme, car il avait acheté pour 10$ de sacs à poubelle», raconte-t-elle.

Son conjoint, Philippe Brasseur, alors directeur du service des incendies, a reçu un avis disciplinaire pour manque de respect. «Ce qui est arrivé, c'est qu'il envoyait des courriels au conseiller municipal responsable des dossiers incendies, Pierre Fontaine, mais n'a jamais obtenu de réponses après de très nombreuses tentatives. Il a perdu patience et a envoyé un courriel à M. Fontaine pour lui dire qu'il n'aimait pas son comportement. Et c'est mon conjoint qui a eu un avis disciplinaire...», déplore-t-elle.

Elle estime que M. Lee n'a pas réglé le problème et n'a pas encouragé «une communication empreinte de courtoisie».

Saint-Pacôme

Auparavant, Frédérick Lee a été le directeur général de la ville de Saint-Pacôme, un petit village non loin de La Pocatière.

En août 2014, lors d'une séance extraordinaire du conseil, il avait été remercié de façon abrupte. La raison fournie par la mairesse Nathalie Lévesque est «une incompatibilité de travailler ensemble».

Lorsque contactée par La Voix de l'Est, cette dernière a préféré décliner la demande d'entrevue, indiquant simplement qu'elle ne voulait pas revenir sur le passé.

Malgré plusieurs tentatives pour rejoindre Frédérick Lee, il a été impossible de nous entretenir avec lui.

Frédérick Lee est directeur général de Roxton Pond... (Tirée de cmatv.ca) - image 2.0

Agrandir

Frédérick Lee est directeur général de Roxton Pond depuis novembre 2014.

Tirée de cmatv.ca

Publications Facebook vulgaires

Frédérick Lee a écrit de nombreuses publications sur Facebook qui ont fait énormément sourciller Martine Ruel. Ces publications ne sont plus visibles, mais La Voix de l'Est en a obtenu une copie, peu avant leur disparation.

Comme voeux du Nouvel An, M. Lee a écrit un souhait pour le moins spécial. «Pour au moins 24 à 72 heures [...] Prenez donc ce temps pour vous masturber d'une manière que vous ne l'avez jamais faites (Un nouveau lieu, une nouvelle position, un nouveau gadget!) (sic)», écrit-il.

Le 7 mai 2015, Frédérick Lee a lancé une invitation aux femmes à venir le rencontrer. «[...] Toi la fille qui manque de batteries AA ce soir! [...] Pour toi la fille que la peaux des genoux redevient soyeuse à force de ne plus avoir de "carpet knees" [...] Il y a P-E un Fred pour toi non loin (sic)», a-t-il publié comme statut.

«Ça ne fait pas professionnel du tout. D'autant plus que ça a été public, lance Martine Ruel. Il est censé représenter notre ville. Un DG, c'est un poste prestigieux.»

Il a été proposé au maire Raymond Loignon de lire ces extraits, mais il a refusé, indiquant «qu'il ne s'arrête pas à ça et que M. Lee accomplit de l'excellent travail pour la Ville». Il a ajouté que M. Lee avait son appui.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer