La maquette du manège équestre présentée aux citoyens

La salle du conseil de Bromont était bondée... (Alain Dion)

Agrandir

La salle du conseil de Bromont était bondée pour le dévoilement de la plus récente mouture du manège équestre.

Alain Dion

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Jean-François Guillet
La Voix de l'Est

(Bromont) La salle du conseil de Bromont était bondée, mercredi. Des dizaines de citoyens y étaient réunis pour assister au dévoilement de la plus récente mouture du manège, qui serait érigé en vue des Jeux équestres mondiaux de 2018.

Les attentes étaient élevées et, en général, les plans présentés semblent avoir eu un accueil favorable au sein de l'auditoire.

L'architecte de renom Pierre Thibault a été appelé en renfort pour épauler sa consoeur, Caroline Denommée, qui mène le projet depuis le début. Ceci afin de dénouer l'impasse en amenant des idées neuves. D'entrée de jeu, il a décrit les grandes lignes qui ont mené à l'élaboration des esquisses, puis de la maquette présentées. «Ce que je recherche dans chacun des projets, c'est que l'architecture mette en évidence le paysage, a-t-il fait valoir. Comment trouver l'harmonie? Faire en sorte de conserver l'esprit du lieu.»

Une des principales préoccupations soulevées par la population au cours des derniers mois concerne l'ampleur du bâtiment qui, selon plusieurs, «défigurerait» le site au caractère champêtre. Une des solutions préconisées par M. Thibault pour atténuer l'impact visuel de l'ensemble est de créer une colline s'élevant graduellement jusqu'au manège, puis à l'écurie attenante afin de les dissimuler.

Un muret de béton serait aménagé pour soutenir le monticule. Le toit de l'écurie serait végétalisé, tandis que celui du manège serait fait d'une membrane élastomère dont la couleur devrait s'harmoniser au décor. De plus, des lattes de bois espacées, de pruche ou de mélèze, dépassant le manège seraient disposées autour des deux bâtiments pour qu'ils se fondent encore davantage au paysage. «On veut créer une illusion», a expliqué le maître d'oeuvre du projet.

L'entrée principale du manège ne serait pas visible de la rue de Gaspé. Pour le reste, la «coquille» du manège, faite principalement d'acier, sera «assez similaire» à ce qui a été proposé précédemment. Question de rentabiliser les infrastructures, des foires ou d'autres événements pourraient se tenir dans le bâtiment pouvant accueillir près de 4000 personnes.

Inquiétudes

Au cours des derniers mois, les plans du manège équestre présentés aux citoyens ont suscité la grogne chez plusieurs d'entre eux. Une première esquisse a été dévoilée lors d'une rencontre d'information, le 14 mars. Plusieurs personnes ayant pris la parole durant la période de questions ont vertement critiqué l'apparence et l'envergure du manège qui, clamaient-elles, détonnait dans le décor champêtre des environs.

La tenue d'une séance extraordinaire, le 13 avril, a mis le feu aux poudres. Quatre des six conseillers municipaux avaient alors donné leur aval au projet de manège, même si le bâtiment ne respectait pas tous les critères du Plan d'implantation et d'intégration architecturale (PIIA) de Bromont. Une pétition avait par ailleurs été lancée par la Bromontoise Fanny Poisson le 15 avril. Le document comptant près de 300 signataires a été déposé à la séance ordinaire du conseil du 4 mai.

Au terme du dévoilement des nouveaux plans, mercredi, Mme Poisson a tenu des propos partagés. «J'apprécie l'effort qui a été fait. La pétition a donné quelque chose. Au moins, on a été entendus. Reste que c'est un gros bâtiment. Alors, on reste dans le camouflage», a-t-elle indiqué.

«Ce que je digère moins bien, c'est qu'on nous a vendu un site à vocation équestre, mais là, on veut tenir d'autres types d'événements. Avec une capacité de plusieurs milliers de places, ça fait peur», a-t-elle ajouté.

Les propos recueillis par La Voix de l'Est étaient en général positifs en ce qui concerne l'esthétique du projet.

Étape charnière

Selon le président du Comité organisateur des Jeux équestres mondiaux (COJEM), Luc Fournier, l'entrée en scène de M. Thibault était «incontournable». «Quand j'ai vu qu'on tournait en rond, j'ai appelé Pierre Thibault. J'ai déjà travaillé avec lui dans d'autres projets. C'était l'homme de la situation. Avec ce qu'il propose, je crois que le projet s'intègre extrêmement bien dans le paysage. Les citoyens devraient apprécier ce qui leur a été présenté», a-t-il mentionné.

Côté coûts, M. Fournier a soutenu que le projet devrait «rester près du budget», tout en respectant une marge sous les 10%, évitant du coup un nouvel appel d'offres. L'objectif budgétaire a été fixé à 8,325 M$ pour la construction du manège.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer