La CMQ à Cowansville en février

La Commission municipale du Québec entendra les citoyens... (Alain Dion, archives La Voix de l'Est)

Agrandir

La Commission municipale du Québec entendra les citoyens qui s'opposent au nouveau plan d'urbanisme de la Ville de Cowansville.

Alain Dion, archives La Voix de l'Est

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Michel Laliberté
La Voix de l'Est

(Cowansville) Le comité Robinson pourra contester la validité du nouveau plan d'urbanisme de la Ville de Cowansville. La Commission municipale du Québec, saisie de la plainte du comité, sera à Cowansville les 11 et 12 février pour entendre les représentants des deux parties sur le fond de la question.

La juge administrative Me Sylvie Piérard écoutera d'abord les arguments du comité Robinson, a expliqué mercredi Céline Lahaie, porte-parole de la CMQ. Puis ce sera au tour de la Ville de faire valoir les siens. Les audiences, qui sont publiques, se dérouleront à l'hôtel de ville, dans la salle du conseil, entre 9 h et 16 h 30.

Le comité Robinson soutient que le nouveau plan d'urbanisme ne peut être adopté parce que certains de ses éléments vont à l'encontre des règlements d'urbanisme de la Ville. Le coeur de son opposition repose sur un changement de zonage dans le secteur patrimonial de la rue Principale permettant la construction d'un édifice de 150 logements sur quatre étages. «On continue de dire qu'on ne peut pas augmenter de cette façon la densité de ce secteur», soutient Jean-Yves Hinse, porte-parole du comité Robinson.

Le projet au centre de la controverse est celui de Pur Immobilia. L'entreprise veut utiliser le terrain de 1,4 hectare situé au 738, rue Principale pour y construire un édifice pour personnes âgées autonomes. Il s'agit d'un investissement de24,5 millions de dollars. La maison qui se trouve présentement sur le site, bâtie en 1900, a longtemps accueilli des personnes âgées. Elle était désignée comme étant la Maison Robinson. D'où le nom du groupe de citoyens opposés au projet.

En entrevue mercredi matin,M. Hinse a indiqué que les membres du comité travaillent à compléter le dossier qu'ils défendront devant la CMQ. «On est assez avancés. On va prouver que le plan d'urbanisme n'est pas réglementaire.»

Advenant un revers devant la CMQ, M. Hinse a rappelé que son groupe pourrait porter l'affaire devant la Cour supérieure.

Deux firmes embauchées

La Ville de Cowansville sera représentée aux audiences par Me Annie Aubé, du cabinet Therrien Couture, a dit hier Claude Lalonde, directeur général de la municipalité.

La Ville aura aussi recours aux services de la compagnie AGC Communications, une firme montréalaise de relations publiques. «Le conseil voulait être sûr de bien communiquer avec les citoyens dans ce dossier. Il veut bien communiquer le message», a expliqué M. Lalonde.

Un montant de 10 000$ a été mis de côté pour payer ces services, a-t-il dit.

Le recours à une boîte de relations publiques choque M Hinse. Il y voit un gaspillage de fonds publics. «La Ville nous dit qu'elle n'avait pas l'argent pour acheter le terrain où se trouve la maison Robinson, mais elle dépense à gauche et à droite pour des spécialistes», déplore-t-il.

M. Hinse a indiqué que des membres du comité seront présents mardi lors de l'assemblée régulière du conseil pour interpeller à nouveau les élus sur cette affaire.

Le comité Robinson a recueilli jusqu'ici plus de 400 signatures de citoyens de Cowansville opposés au projet d'immeuble à logements.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer