Boudrias plaide coupable à 25 accusations

Amateur de coups de pied dans l'entrejambe, Thierry... (Archives La Voix de l'Est)

Agrandir

Amateur de coups de pied dans l'entrejambe, Thierry Boudrias a plaidé coupable à presque toutes les accusations qui pesaient contre lui.

Archives La Voix de l'Est

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Pascal Faucher
La Voix de l'Est

Thierry Boudrias a reconnu sa culpabilité à 25 des 31 accusations qui pesaient contre lui, dont plusieurs d'incitation à des contacts sexuels avec des mineures.

Le mécanicien de 37 ans, qui habitait Ange-Gardien, avait d'abord été arrêté en septembre pour des gestes commis à l'endroit d'une adolescente de 13 ans. Au terme de l'enquête policière, des dizaines de nouvelles accusations se sont abattues sur lui deux semaines plus tard. En tout, 17 plaignantes - toutes âgées de 12 à 16 ans - l'ont dénoncé pour des gestes aussi bizarres qu'incompréhensibles.

Il appert que le toxicomane récidiviste sollicitait les adolescentes afin qu'elles lui donnent des coups de pied dans l'entrejambe en échange d'argent ou de marijuana. C'est pourquoi des chefs de trafic de marijuana, leurre d'enfant et obtention de services sexuels contre rémunération se sont ajoutés au lot.

Les actes se sont déroulés sur plusieurs mois, en 2015, et les victimes habitaient Ange-Gardien ou les environs. À certaines d'entre elles, l'accusé aurait affirmé qu'il se pratiquait pour une prestation de type «Jackass», et ce type de douleur semblait lui procurer du plaisir.

Observations

Sa prochaine prestation n'aura lieu, à court terme, que derrière les barreaux puisque M. Boudrias a plaidé coupable vendredi à presque tout ce que le ministère public lui reprochait. Toujours détenu, il doit revenir devant la cour en février, au palais de justice de Saint-Hyacinthe, afin que les avocats donnent leurs observations sur la peine à lui imposer.

La sentence pourrait ne pas être clémente puisque l'accusé n'en est pas à ses premiers démêlés avec la justice. En 2009, il avait été condamné à 17 mois de prison pour avoir battu le bébé de son ex-conjointe. Il avait plaidé qu'il était en manque de cocaïne au moment du crime.

Par le passé, il a aussi été accusé de possession de drogue, vol, introduction par effraction, menaces, fraude et bris de condition.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer