Projet d'immeuble controversé à Cowansville

Une soixantaine de citoyens ont manifesté leur opposition,... (Julie Catudal, La Voix de l'Est)

Agrandir

Une soixantaine de citoyens ont manifesté leur opposition, mardi soir au conseil municipal de Cowansville, à la construction d'un immeuble de quatre étages de 150 logements sur le terain de la maison Robinson.

Julie Catudal, La Voix de l'Est

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Michel Laliberté
La Voix de l'Est

(Cowansville) La construction d'un immeuble de quatre étages de 150 logements dans un secteur patrimonial de la rue Principale à Cowansville continue de susciter la désapprobation des citoyens.

Une soixantaine d'entre eux ont réaffirmé leur opposition au projet de la compagnie Pur Immobilia, mardi soir, à l'assemblée du conseil municipal. Tour à tour, plusieurs se sont succédé au micro pour exprimer leur étonnement que les élus aient accepté de modifier des règlements de zonage pour permettre la construction d'un tel immeuble sur le terrain où se trouve la maison Robinson, une ancienne résidence pour personnes âgées, dans une zone décrétée patrimoniale.

Ghyslain Vallières, un des leaders du comité Robinson, a cité une étude commandée en 2009 par la MRC Brome-Missisquoi identifiant la rue Principale comme faisant partie d'une zone patrimoniale à protéger, une «zone vulnérable», selon ses mots. En favorisant un tel projet, a dit l'ancien conseiller municipal du quartier Vilas, le conseil «menace l'histoire» de la municipalité. «Comment peut-on dire qu'on protège le patrimoine et l'intégrité de cette zone» avec le projet présenté?, a-t-il lancé à l'intention du maire, Arthur Fauteux.

Ce dernier a fait remarquer que la maison Robinson n'était pas explicitement citée dans l'étude de la MRC et que l'exercice ne visait pas à faire un inventaire des maisons patrimoniales. M. Fauteux a cependant reconnu que la maison Robinson se trouve au centre de la zone patrimoniale. Celle-ci débute à partir de l'hôpital Brome-Missisquoi-Perkins et se rend jusqu'à l'église Sainte-Rose-de-Lima, a-t-il dit.

Le conseil s'interroge depuis plus d'un an sur l'avenir du terrain de 1,4 hectare de la maison Robinson, a expliqué M. Fauteux. Les promoteurs ont présenté leur projet en juin. Les membres du conseil, après consultation avec le service d'urbanisme de la Ville et de consultants de la firme BC2, ont décidé de modifier le zonage du secteur concerné pour permettre la construction de l'immeuble qui accueillerait des personnes âgées autonomes. Le tout s'est fait en même temps que la refonte du plan d'urbanisme.

Pour M. Vallières, la Ville n'a d'autre choix que d'écarter le projet présenté. «S'attaquer à elle (maison Robinson), c'est un symbole fort qu'on ne cherche pas à protéger notre patrimoine», a-t-il affirmé.

Déplaisante alternative

L'alternative à ce projet pourrait déplaire davantage, a indiqué le maire. Le zonage actuel permet de construire sept bâtiments de trois étages avec 15 logements chacun, a-t-il dit. «Il n'y aurait plus beaucoup de verdure», a-t-il imagé.

Le comité Robinson dit avoir recueilli jusqu'ici 300 signatures de citoyens opposés au projet. Il entend porter l'affaire devant la Commission municipale du Québec, plaidant que la Ville n'a pas respecté le processus de consultation publique lors de l'adoption de son nouveau plan d'urbanisme.

Le projet suscitant autant d'opposition citoyenne, le porte-parole du comité Robinson, Jean-Yves Hinse, a conseillé au maire de prévoir un montant dans le budget 2016 pour tenir un référendum sur le nouveau plan d'urbanisme. Si 500 citoyens de Cowansville signent le registre sur le plan d'urbanisme, la Ville devra en effet organiser un plébiscite ou en retirer les éléments contestés.

Le comité Robinson songe également à saisir la Cour supérieure de la question. Une requête en nullité du nouveau plan d'urbanisme pourrait être déposée, a dit M. Hinse.

La solution à cet imbroglio, a-t-il suggéré, est que la Ville acquière la propriété et la transforme en parc. Un autre citoyen a évoqué cette idée.

Rappelons que les promoteurs de Pur Immobilia présenteront leur projet à la population lundi soir prochain, à 19 h, au cinéma Princesse.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer