Bromont s'unit pour les démunis

La coordonnatrice du Centre de dépannage alimentaire Marguerite-Dubois,... (Julie Catudal, La Voix de l'Est)

Agrandir

La coordonnatrice du Centre de dépannage alimentaire Marguerite-Dubois, Monique Milette, l'éditrice de Ema et Cie Inc, Marie-Andrée Fortin, et l'animateur Denis Gagné étaient tout sourire lors du lancement du livre Du coeur au ventre.

Julie Catudal, La Voix de l'Est

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Jonathan Gagnon
La Voix de l'Est

(Bromont) Le lancement du tout premier livre de recettes du Centre de dépannage alimentaire Marguerite-Dubois a attiré plus de 150 personnes à l'Hôtel Château Bromont, mardi soir. Les profits de la vente de l'ouvrage Du coeur au ventre devraient représenter le tiers du prochain budget annuel de l'organisme.

Du coeur au ventre est en fait le fruit d'une importante mobilisation communautaire.

«Une cinquantaine de gens d'affaires et de personnalités de Bromont ont accepté de partager leur recette favorite», explique Monique Milette, coordonnatrice du Centre de dépannage alimentaire Marguerite-Dubois.

La mairesse, Pauline Quinlan, propose notamment un pouding aux pommes à l'anglaise, tandis que la fondatrice du centre, Soeur Marguerite Dubois, livre les secrets de son sucre à la crème.

Les participants ont également offert une contribution financière au projet, tandis que la municipalité a dégagé 3000$.

Attrayant visuellement, le livre de 130 pages sera vendu 20$ au centre Marguerite-Dubois, au Bureau d'accueil touristique de Bromont ainsi que dans les succursales locales d'IGA et de Metro. Un total de 3000 exemplaires ont été imprimés.

Au bout du processus

Avec le projet de livre en tête, Monique Milette a rapidement approché la Granbyenne Marie-André Fortin, éditrice de Ema&Cie Inc. L'année précédente, cette dernière avait piloté un projet semblable pour le compte des Cuisines collectives de la Montérégie.

Appuyée par le conseil d'administration du centre Marguerite-Dubois, Mme Fortin a pris en charge l'ensemble du processus de conception, des textes et photos jusqu'à la mise en marché finale.

Mardi soir, elle s'est réjouie de l'engouement suscité par sa plus récente création. «On voit que les gens prennent ça à coeur. Qu'ils ont le coeur sur la main», a-t-elle mentionné, multipliant les clins d'oeil au titre du livre.

Pour la Granbyenne, l'événement avait une résonance particulière en cette journée marquée par le mouvement international de générosité «Mardi je donne».

Invité de marque

Résidant de Bromont depuis plusieurs années, Denis Gagné a pour sa part accepté de contribuer à la promotion de Du coeur au ventre et de jouer les maîtres de cérémonie lors du lancement.

L'animateur de l'émission L'épicerie, diffusée sur les ondes de Radio-Canda, a été séduit par la noble vocation du projet. «Ça me dit qu'il y a des gens dans le besoin, et qu'il y en a d'autres pour y répondre. (...) Ça unit une communauté comme Bromont qui, dans le fond, n'est pas une si grande ville.»

M. Gagné remarque également que le livre véhicule des habitudes alimentaires plutôt saines. «Quand tu as moins d'argent, ça peut revenir moins cher d'aller manger au McDo...», regrette-t-il.

Mission élargie

Également financé par une guignolée annuelle et par des dons de particuliers, le centre Marguerite-Dubois dessert l'ensemble du territoire bromontois ainsi qu'une portion de Shefford. Lors du dernier exercice financier, entre une cinquantaine et une soixantaine «d'unités familiales» ont pu profiter de 1114 dépannages - incluant bien sûr des denrées alimentaires, mais aussi des vêtements, meubles et autres biens matériels.

À l'approche du temps des Fêtes, l'organisme - qui s'engage également à offrir aux plus démunis un soutien moral et social - entre dans sa période de pointe.

Notons que Monique Milette et son équipe ont entrepris d'élargir l'offre de services du centre Marguerite-Dubois au cours de la dernière année. «Oui, on fait beaucoup de dépannage. Mais on fait aussi de l'aide financière, on a des camps de jour, on remet des bourses de retour aux études (...) Nous sommes à but non lucratif, donc quand on reçoit plus, on donne plus.»

L'organisme est d'ailleurs à la recherche d'un local plus grand afin de poursuivre l'expansion de ses activités.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer