Vers un surplus de 300 000$ à Farnham

Le maire de Farnham, Josef Hüsler.... (Archives La Voix de l'Est)

Agrandir

Le maire de Farnham, Josef Hüsler.

Archives La Voix de l'Est

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Michel Laliberté
La Voix de l'Est

(Farnham) La Ville de Farnham devrait dégager un surplus de 300 000$ en 2015. Il a atteint 487 228$ l'année dernière.

Dans son discours lundi soir sur la situation financière de la Ville, le maire Josef Hüsler a indiqué que le surplus accumulé de la Ville atteignait 1 037 983$ au 31 décembre 2014. La dette accumulée s'élevait à 20 309 056$. De ce montant, 3 035 569$ sont à la charge du gouvernement du Québec.

En 2016, a dit M. Hüsler, son administration compte investir 1 998 300$ dans ses infrastructures. Un montant de 800 000$ sera inscrit au budget pour améliorer le réseau routier de la municipalité. Le réseau d'aqueduc sera bouclé dans la rue Spoor, l'asphalte refait et les trottoirs reconstruits. Aussi, quatre terrains de tennis seront construits derrière le Centre d'arts en collaboration avec la commission scolaire du Val-des-Cerfs. Les travaux reprendront également au Centre de la nature pour compléter le projet de sentier d'hébertisme et le stationnement. Le terrain de baseball du parc Rainville sera également complété.

Au cours des trois prochaines années, le programme triennal d'immobilisations de la Ville prévoit des investissements de 12,4 millions de dollars.

Le budget 2015 sera présenté lors d'une assemblée extraordinaire le lundi 14 décembre.

Plan de remboursement

Le niveau de la dette inquiète Bertrand Naud. En assemblée lundi, le membre du comité des citoyens de Farnham a demandé au maire ce qu'il entendait faire. «Vingt millions de dollars, c'est très élevé pour une ville comme la nôtre. Quel est votre plan pour réduire notre endettement?», a-t-il lancé à la période des questions.

Rappelant plusieurs projets d'investissement de la Ville ces dernières années, M. Hüsler a dit ne pas s'inquiéter du niveau de la dette. Pour qu'une «ville avance, et qu'elle se développe, il faut qu'elle investisse», a-t-il dit.

L'échange entre les deux hommes s'est transformé en affrontement. M. Naud a reproché à la Ville de nuire à son entreprise de transformation de lait en lui refusant un permis. «Pourquoi cherchez-vous à fermer mon usine?», a-t-il lancé.

Le maire a répondu que son usine contrevenait au zonage. Il a ensuite accusé M. Naud de nuire au travail du conseil.

Rappelons que M. Naud fait l'objet d'une poursuite de 50 000$ de la part du directeur général François Giasson pour diffamation. Le citoyen a laissé entendre qu'il pourrait poursuivre M. Giasson pour le même motif.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer