Branle-bas de combat à Bedford

L'individu, qui sera accusé en lien avec des... (Tirée de Facebook)

Agrandir

L'individu, qui sera accusé en lien avec des voies de fait, a provoqué un important déploiement policier mardi à Bedford.

Tirée de Facebook

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Jonathan Gagnon
La Voix de l'Est

(Bedford) Un individu barricadé dans son logement de la rue Principale, à Bedford, a provoqué un important déploiement policier et paralysé une partie du centre-ville durant plus de quatre heures, mardi soir. Sorti par une fenêtre et tentant de se sauver à pied, il a finalement été maîtrisé «sans incident» vers 21h30 par les agents de la Sûreté du Québec.

«L'homme a été transporté à l'hôpital par mesure préventive. Il comparaîtra ultérieurement sous des accusations qui ne sont pas encore déterminées, mais qui sont liées à des voies de fait», a expliqué en fin de soirée le sergent Daniel Thibodeau, porte-parole à la SQ. Selon ce dernier, il s'agirait d'un cas de violence conjugale.

L'affaire a débuté vers 17h20 alors qu'une femme a fait un appel à l'aide au 911. Elle a cependant pu fuir les lieux dès le début de l'intervention policière. Elle a subi des blessures ne mettant pas sa vie en danger.

Si l'homme n'était pas armé au moment de sa capture, la SQ a néanmoins obtenu un mandat afin de fouiller son domicile à cet effet.

Une image montrant un policier de la Surêté du Québec brandissant son arme, et caché derrière une autopatrouille, a fait des vagues sur les réseaux sociaux en début de soirée, certains utilisateurs parlant même d'une fusillade. Daniel Thibodeau assure que ce n'est pas le cas. «Aucun coup de feu n'a été tiré. (...) À un certain point, l'homme est monté sur le toit et a lancé des choses dans la rue. Possiblement des assiettes. Ça a pu affoler certaines personnes et laisser croire qu'il s'agissait d'une fusillade», précise M. Thibodeau.

Branle-bas de combat

Puisque l'homme ne répondait pas lorsque la SQ tentait d'entrer en contact avec lui, un périmètre de sécurité a été établi et le groupe d'intervention tactique a été déployé. La rue Principale a été bouclée, si bien que plusieurs clients se sont retrouvés coincés à l'intérieur de commerces du quartier. À commencer par le restaurant Subway au-dessus duquel se déroulait l'incident. 

«Je ne veux pas parler tout de suite, pour ne pas dire de mauvaise information. Je ne sais vraiment pas ce qui se passe. (...) Personne ne peut sortir. Je reste avec les clients», a témoigné vers 21h la gérante de l'endroit, Melissa Reynolds, précisant qu'elle n'avait pas entendu de coups de feu. Une employée de la Pizzeria Bedford, située non loin, a confirmé que les clients ne pouvaient y entrer. Le maire de Bedford, Yves Lévesque, a été mis au courant de l'opération, mais il a tout de même participé à une réunion tenue à l'hôtel de ville, à quelques dizaines de mètres de là.

Les policiers ont refusé de confirmer si le forcené était intoxiqué au moment de l'intervention ou s'il était connu des milieux policiers. Daniel Thibodeau a écarté tout lien avec l'intervention menée à Farnham dimanche matin.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer