La facture

On a eu quelques surprises en emménageant dans notre nouvelle maison, l'an... (123RF)

Agrandir

123RF

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Pascal Faucher
La Voix de l'Est

On a eu quelques surprises en emménageant dans notre nouvelle maison, l'an dernier. Des rebuts sous la galerie arrière, des rénovations visiblement exécutées par un aveugle, des inclus qui s'étaient finalement exclus, etc.

Mais bon, on a fait avec, et de toute façon le vendeur avait refusé de me donner ses nouvelles coordonnées, ce qui est toujours l'indice d'une personne fiable et avenante.

Une autre tuile m'est tombée dessus. Au figuré bien sûr, quoique je ne serais pas surpris qu'une vraie tuile nous choisse un jour sur la tête.

(Le verbe « choir » n'existe pas au présent du subjonctif, bien sûr. C'était juste pour voir si vous suiviez.)

Dans ma nouvelle municipalité, on a des compteurs d'eau. Jusqu'ici, tout baigne. Sauf que ma facture du précieux liquide est arrivée en décembre et les ajustements de frais, chez le notaire, s'étaient faits au mois de juillet précédent. 

Pas de problème, m'a répondu le juriste, un jeune homme vif et étrangement musclé pour son champ d'activité. Ça arrive souvent. On répartit la consommation d'eau entre les occupants de la maison, selon les mois où ils étaient là, on envoie une ou deux lettres au vendeur et normalement, ça se règle.

L'utilisation du mot « normalement » prend ici toute son importance. 

Belle illustration de la loi de Murphy, le vendeur n'a pas donné de réponse et je me retrouve avec des arrérages de 111 $ sur mon compte de taxes municipal, que je n'ai aucune intention de payer, bien sûr, par principe.

Premier réflexe typiquement humain : à qui la faute ? D'abord au vendeur qui joue la carte du je-m'en-foutisme, bien sûr. Mais le notaire baraqué n'aurait-il pas dû prévoir le coup ? Après vérification, non, car la Ville ne pouvait fournir de facture d'eau en juillet, m'a-t-on expliqué.

Joie. Dans le souci de régler le problème, j'ai personnellement rendu visite au vendeur cette semaine, mais je ne suis pas sûr que ça a eu l'effet escompté. 

Il m'a répondu qu'il n'avait pas reçu la première lettre du notaire et qu'il paierait à la deuxième. Me semble, ouain. Le seul bon côté de cette visite est qu'elle m'a permis de me familiariser avec un secteur de Saint-Jean-sur-Richelieu qui n'a rien à envier au Bronx.

Si quelqu'un a des suggestions à me donner pour la suite des choses, je suis preneur, pour autant que cela exclut la violence physique, le vol, le vandalisme, l'extorsion, l'enlèvement et, dans une moindre mesure, le chantage. Bref, il me reste les petites créances... Ce qui, à bien y penser, pourrait être intéressant.

Hémoglobine

Coup de théâtre : Désirée a accepté d'aller voir un film de superhéros au cinéma avec moi. Youppi ! Comme la comète de Halley, c'est un événement rare que je n'allais pas rater.

Or donc, je ne sais pas si c'est parce que j'étais de bonne humeur, mais j'ai trouvé Logan fantastique. C'était dur, sale et grognon, comme son personnage principal, Wolverine. Et j'ose dire « réaliste », si on peut qualifier un film de superhéros de réaliste.

Je m'explique. Dans tous ses films précédents, Wolverine - dont les avant-bras sont chacun affublés de trois griffes en métal coupantes et incassables - se battait sans effusion de sang, classement général oblige. Avec Logan, ils se sont repris... C'est terriblement violent et l'hémoglobine coule à souhait, ce qui est, euh, rafraîchissant. 

Enfin un film de superhéros mature, me suis-je dit. C'est le cas de le dire puisque les personnages sont vieux et (relativement) faibles. Logan est aussi étrangement d'actualité en traitant d'immigration canadienne et de frontière américano-mexicaine...

Mais Désirée n'a pas trop aimé. Je comprends que ça manquait un peu de romance, si j'exclus l'affection que porte Wolverine envers le professeur Xavier, désormais malade et alité. Je recommande, donc, mais pas pour les enfants !




publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer