Si loin, mais si proche

D'abord : un défilé du père Noël comme aujourd'hui... (archives La Voix de l'Est)

Agrandir

D'abord : un défilé du père Noël comme aujourd'hui à Granby, ce n'est pas une parade. « Parade », dans ce sens-là, c'est de l'anglais. En français, parader ou faire parade de quelque chose, c'est être peu prétentieux. Ce que le père Noël n'est pas, bien sûr.

archives La Voix de l'Est

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Pascal Faucher
La Voix de l'Est

Ma collègue Isabelle Gaboriault nous a récemment confié les mots de mauvais français qu'elle entend et qui la font sourciller. L'auguste chroniqueuse France Arbour conspue elle aussi les expressions québécoises qu'elle juge regrettables. À mon tour !

D'abord : un défilé du père Noël comme aujourd'hui à Granby, ce n'est pas une parade. « Parade », dans ce sens-là, c'est de l'anglais. En français, parader ou faire parade de quelque chose, c'est être peu prétentieux. Ce que le père Noël n'est pas, bien sûr. La mère Noël est un peu fraîche, oui, mais pas son mari.

Il reste la parade militaire, mais si je vois le père Noël avec une carabine dans la rue Principale, je pars en courant.

Un autre mot galvaudé : « pratique ». Comme dans « pratique de feu », « pratique de soccer » ou « on pratique Enter Sandman avec notre groupe, ça va être super bon ! »

Encore une fois, dans ces sens-là, c'est de l'anglais. On dit un exercice, un entraînement ou une répétition tout dépendant si on s'exerce avec des pompiers, pour un sport ou en faisant de la musique.

Un classique, tiens : « faire du sens ». De l'anglais (encore...) to make sense. Une chose a plutôt « du sens » ou « est logique ». On ne peut pas « faire du sens » comme on fait des muffins, voyons.

Finalement, l'utilisation de l'adverbe « définitivement » et du verbe « supporter » dans des sens qui, vous l'aurez deviné, trahit notre proximité avec la culture anglophone. Et à Granby, on est géographiquement proches des États-Unis et ça paraît.

« Définitivement » a le sens de « pour toujours », contrairement à l'anglais definitely dont on s'inspire et qui veut dire « assurément, sans aucun doute ». Autrement dit, « j'aime définitivement Louis-José Houde » signifie que nos sentiments ne changeront jamais à son égard, ce qui est fort probable, mais hasardeux.

Et celui que j'entends le plus souvent, c'est « supporter » au sens de soutenir, d'appuyer quelqu'un, une cause. En français - à part quand des fondations supportent un édifice - le verbe supporter a le sens de tolérer, d'endurer.

Si on supporte quelqu'un, ça veut dire que cette personne-là est très désagréable. Tellement qu'elle est difficile à supporter !

Pour tous

Un mot sur la décision du Directeur des poursuites criminelles et pénales de ne déposer que deux accusations sur les 37 dossiers ouverts concernant des agents de la SQ soupçonnés d'avoir agressé des femmes autochtones.

Ça ne signifie pas que les plaignantes n'ont pas été crues. Plusieurs facteurs sont pris en considération, notamment dans quelle mesure les allégations pourront être prouvées en cour.

C'est une nuance importante. On peut penser que la justice n'est pas la même pour tous, mais c'est faux.

Lire lent

Je n'ai jamais été un liseur rapide. Ça me prend environ quatre mois pour passer à travers un livre de 300 pages. Je ne lis pas vite et quand je le fais, souvent je m'endors... que le livre soit bon ou non.

Avec un bébé et une nouvelle maison, c'est encore pire. Quand je réussis à grappiller un 20 minutes pour lire avant de me coucher, ce 20 minutes-là se transforme souvent en 10 minutes et zzzzzzzzz...

Mais je ne désespère pas. Tenez, j'ai récemment terminé L'histoire de Pi, de Yann Martel. Trois cent trente-quatre pages et ça ne m'a pris QUE six mois. Pour être franc, j'ai trouvé ça un peu plate. Je comprends le concept philosophique, la métaphore des animaux, l'éloge de la survie, mais tout ça, comme le personnage principal, m'a laissé sur ma faim.

J'embarque maintenant sur Le vieux qui ne voulait pas fêter son anniversaire, de Jonas Jonasson, et en 10 pages je trouve déjà ça plus divertissant. Ne manquez pas ma critique complète à paraître d'ici plusieurs mois.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer