Trump-é

Je m'étais dit qu'un coup rendus dans l'isoloir,... (Agence France-Presse)

Agrandir

Je m'étais dit qu'un coup rendus dans l'isoloir, les Américains laisseraient tomber le milliardaire bronzé et ses promesses sans queue ni tête pour se rabattre, à regret, sur la démocrate à l'éthique vaguement douteuse. Mais non.

Agence France-Presse

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Pascal Faucher
La Voix de l'Est

CHRONIQUE \ Ben oui, je me suis trompé. J'avais prédit la victoire d'Hillary Clinton... Un autre rappel, s'il le fallait, que les journalistes sont les gens les moins bien outillés pour prédire l'avenir. À tout prendre, vous feriez mieux de vous fier à Esmeralda, la gitane de la rue Phoenix, ou à n'importe qui d'autre pour savoir ce qui va arriver.

Je m'étais dit qu'un coup rendus dans l'isoloir, les Américains laisseraient tomber le milliardaire bronzé et ses promesses sans queue ni tête pour se rabattre, à regret, sur la démocrate à l'éthique vaguement douteuse. Mais non.

Devant l'incompréhension quasi généralisée au Canada, je réalise, en lisant les quelques articles parus là-dessus cette semaine, qu'ici on a sous-estimé le dégout qu'inspire Hillary Clinton à bon nombre de nos voisins du Sud.

C'est une première explication. Une autre, et la principale à mon avis, c'est qu'on a sous-estimé la méfiance des Américains envers leur gouvernement et les élus dits « classiques », ce que Donald Trump n'est pas, il faut bien le reconnaître.

Un homme a dit au documentariste Michael Moore, il y a plusieurs mois, qu'il votera pour Donald Trump simplement parce qu'il pouvait le faire et voulait « brasser la cage ». Ça résume bien l'opinion de ceux qui l'ont élu.

Finalement, quand on scrute une carte des résultats d'élection aux États-Unis, on se rend bien compte que c'est une victoire des ruraux contre les urbains. La côte ouest et la côte est - moins la Floride - ont massivement voté pour Clinton, alors que le centre, le nord et le sud ont opté pour Trump. Ceux qui se sentent délaissés par les élites, les bien diplômés et les riches ont fait entendre leur voix.

Voilà où nous en sommes. Là, je ne ferai plus de prédictions. De toute façon, comme tout le monde, j'ignore totalement ce qui va se passer en bas à partir de maintenant.

Mais j'ai une pensée pour Justin. Pauvre Justin. Pas sûr qu'il jubile à l'idée de rencontrer son vis-à-vis américain alors qu'idéologiquement tout, mais bien tout sépare ces deux hommes. Je me sens mal pour Sophie, aussi. À leur place, je ferais garder les enfants ce soir-là.

Oh-oh-oh

Parlant d'enfants, j'aime bien la chanson-thème de La Voix junior (même si je hais ce genre d'émission), Nous chanterons, écrite par Alex Nevsky et chantée par l'ex-Granbyen et ses deux comparses. Mais suis-je seul à ne rien comprendre du refrain ?

Juste après les wo-oh-oh, wo-oh-oh-oh-oh : « Nous chanterons pour sewougner dugooo.. Nous chanterons pour souriwougo... Nous chanterons trop fosilawooo... Le monde a besoin de ces moooooots... »

C'est comme les premières chansons de Coeur de pirate : on n'avait pas le choix de googler les paroles pour comprendre ce qu'elle disait.

Je sais, je peux faire la même chose pour Nous chanterons. Mais le mixeur aurait pu monter le son des voix un peu plus haut, non ?

Enthousiasme

Un parent m'a déjà dit, citant une étude, que les très jeunes enfants avaient une « tempête d'enthousiasme » pour une découverte, une émotion ou un objet particulier toutes les deux à trois minutes. J'ai trouvé ça beaucoup... jusqu'à tout récemment.

Jojoba, 10 mois, est en plein dans cette phase-là. À intervalles très réguliers, elle s'écrie « wow » ! , même si ça sonne plus comme « wha ! » ou un « whoa ! » que n'aurait pas dédaigné Keanu Reeves à l'époque du film L'excellente aventure de Bill et Ted (1989).

Même le matin, alors que ses parents n'ont pas encore délaissé complètement les bras de Morphée, elle multiplie les « wow ! » en apercevant qui un chat, qui une spatule, qui un motton de poussière en dessous du divan...

C'est beau et curieux en même temps. Qui s'extasie autant le matin, à part les bébés et ceux qui travaillent de nuit ?

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer