Tout est relatif

Une résidante de la rue Léger a même... (Julie Catudal, Archives, La Voix de l'Est)

Agrandir

Une résidante de la rue Léger a même dit qu'elle avait un haut-le-coeur en regardant des pistes cyclables déjà existantes. Elle trouve ça laid. Le maire Bonin lui a répondu avec plus ou moins de diplomatie: vous n'êtes pas de votre époque, madame.

Julie Catudal, Archives, La Voix de l'Est

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Pascal Faucher
La Voix de l'Est

Comme prévu, ma dernière chronique intitulée La misère des riches et portant sur l'affreux calvaire dont souffriraient les résidants de la rue Léger si d'aventure une piste cyclable apparaissait devant chez eux m'a valu plusieurs courriels et commentaires sur internet.

Par courriel, les gens se sont montrés généralement contre ma prise de position; sur Facebook, c'est le contraire. J'y vois l'expression d'un clivage vieux/jeunes, mais j'hésite à m'étendre là-dessus compte tenu que la simple utilisation du «riche», la semaine dernière, semble avoir insulté beaucoup de gens.

«Qui êtes-vous pour dire que je suis riche? J'habite dans la rue Léger et je ne suis pas riche, moi monsieur!», ai-je lu à plusieurs reprises et sous plusieurs formes. Bon. D'abord une chose. Depuis quand est-ce mal d'être riche? Il y a de quoi être fier, plutôt. Comme il y a de quoi être fier d'habiter dans la rue Léger, qui est large et bucolique.

Aussi, qu'est-ce qu'un riche? Comme l'a dit un certain physicien théoricien d'origine allemande, tout est relatif. Être riche, ça veut tout dire et rien en même temps. Personnellement, j'ai une maison (pas toute payée), une Toyota, un vélo (tout payé) et un vieux Nintendo 64 (tout payé aussi). Suis-je riche? Pour un indigène de l'Amazonie, certainement. Pour un Westmountais, non.

La rue Léger, c'est quelque part entre Westmount et l'Amazonie. Ce qui en fait un endroit idéal pour une piste cyclable.

(Je précise ici que j'utilise l'expression «piste cyclable» dans le seul but d'alléger le texte. Je sais que la Ville appelle ça «piste multifonctionnelle», mais je trouve ça long et laid. On s'entend que ça sera une piste cyclable accessible aux piétons et à tout ce qui a des roues, mais pas de moteur, ok?)

Donc, riche ou pauvre, c'est l'attitude qui compte. Et les deux soirées d'information tenues cette semaine à l'hôtel de ville sur la future piste cyclablifonctionnelle ont permis d'illustrer certaines attitudes que je qualifierais de déprimantes. Les téméraires qui ont osé se prononcer en faveur du projet se sont fait rabrouer par les autres dans une ambiance que n'aurait pas reniés une cour de récréation de deuxième cycle du primaire.

Cela dit, les anti-piste cyclable de la rue Léger ont quelques bons arguments. La nature globale du projet leur a été expliquée tardivement. Des terrains seront coupés. Ok.

Mais l'attitude du «pas dans ma cour» - ou dans ce cas-ci du «pas dans ma rue» - c'est dégueu. Et de grâce, cessez de brandir l'argument «la pente est trop abrupte!» comme une cannette de poush-poush dont il ne reste plus de jus. Est-ce vraiment ce pourquoi vous vous opposez à la piste cyclable?

Une résidante de la rue Léger a même dit qu'elle avait un haut-le-coeur en regardant des pistes cyclables déjà existantes. Elle trouve ça laid. Le maire Bonin lui a répondu avec plus ou moins de diplomatie: vous n'êtes pas de votre époque, madame.

Vous savez quoi? Il a tout à fait raison. Moi, ce sont certains résidants de la rue Léger qui me donnent le haut-le-coeur.

En passant, un maire qui défend son projet malgré quelques détracteurs n'est pas arrogant, il est déterminé. C'est une qualité. Un conseil sans audace, ça fait des mairies molles et pendantes comme nous en avons déjà connues.

De là à dire que Pascal Bonin n'a pas d'écoute et qu'il tend à devenir condescendant et irrespectueux, comme l'a suggéré notre fidèle lecteur/ex-candidat à la mairie Denny O'Breham, je trouve ça exagéré. Si c'est ça le côté obscur, je suis prêt à m'enrôler dans l'Empire*, à mettre mon uniforme blanc et à viser aléatoirement.

(*voir: Star Wars)

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer