Les bombes

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Pascal Faucher
Pascal Faucher
La Voix de l'Est

Bizarre quand même, cette réaction des studios Sony d'abandonner la sortie du film The Interview, qui devait avoir lieu à Noël.

Pour ceux qui n'ont pas suivi cette histoire digne d'un... film de la guerre froide, l'entreprise américaine a décidé de saborder la comédie mettant en vedette James Franco et Seth Rogen dans la peau de deux journalistes plus ou moins crédibles chargés d'empoisonner le leader de la Corée du Nord, Kim Jong-un.

Depuis quelques semaines, Sony était victime de révélations gênantes après que des hackers aient mis la main sur une pléthore de ses courriels internes et les aient relayés aux médias (que Sony blâme copieusement, bien sûr).

On a ainsi appris que les salaires des actrices étaient encore beaucoup plus bas que celui des acteurs, qu'Angelina Jolie était perçue comme «une enfant gâtée sans réel talent», et que l'un des dirigeants de Sony estime que Barack Obama «n'aime que les films avec des Noirs dedans».

Surtout, les cyberterroristes - pas vraiment identifiés, mais la Corée du Nord est montrée du doigt - ont annoncé que si le film n'était pas retiré, ils allaient continuer leurs attaques et même promis un nouveau 11 septembre 2001.

Tout ça pour un film? Il semble, en effet, que tout le monde n'a pas un sens de l'humour étendu. Mais le plus troublant n'est pas que quelqu'un, quelque part, soit susceptible et ait lâché une horde d'espions à clavier pour faire du mal à un géant hollywoodien. C'est que Sony ait plié l'échine, sacrifiant la liberté artistique au nom de sa «sécurité». Pense-t-on vraiment que les bombes se seraient mises à pleuvoir en Californie? Ou était-on plutôt inquiet de ce que d'autres courriels auraient pu révéler?

Aussi, comment une menace cyberterroriste, si grande soit-elle, peut-elle inciter à jeter aux poubelles un film qui a coûté 44 millions$? Je sais que pour Hollywood, 44 millions$, c'est pas la même chose que pour vous et moi, mais quand même.

Autre question: peut-on sérieusement penser que ce film achevé, mettant en vedette deux acteurs assez populaires et désormais auréolés de mystère et de censure, ne refera jamais surface sur internet ou le marché noir? Encore une fois, quelqu'un, quelque part, doit en posséder une copie et il lui brûle les doigts de la diffuser, ne serait-ce que par esprit rebelle (ou par patriotisme).

Le plus grave, je le rappelle, c'est que la menace terroriste a, cette fois-ci, parfaitement fonctionné. Ils ont eu ce qu'ils voulaient. Ce sera quoi après? Pas de film mettant en vedette des Asiatiques trapus avec des cheveux bouffants? Pas de film avec le nom «Kim» dedans?

En plus, j'avais vraiment envie de voir ce film. Je devrai me rabattre sur une autre comédie loufoque avec un despote dedans.

***

Faire peur

Vu à la télé américaine: le retour des bonnes vieilles publicités antitabac avec des images pour faire peur au monde.

Est-ce que ça fonctionne vraiment? Me semble que quand j'étais ado (les acteurs dans ces publicités ont cet âge-là), les photos dégueu sur les paquets de cigarettes m'encourageaient au contraire à fumer parce que ça devenait encore plus cool, encore plus dangereux.

Si on veut vraiment inciter les jeunes à ne pas fumer, je pense qu'il faut plutôt montrer comment c'est cool de ne PAS fumer, d'avoir les dents blanches, d'avoir du souffle, de sentir bon, etc. Chercher à leur faire peur m'apparaît futile. Mais il y a longtemps que je ne suis plus ado, alors je suis peut-être complètement dépassé.

***

À plus tard

J'ai toujours trouvé que jusqu'ici, j'avais peu utilisé les services de santé québécois. Tout ça a bien changé!

Après ma réaction anaphylactique, il y a deux semaines, ce fut au tour de Désirée de goûter à la médecine québécoise, et je le dis sans arrière-pensée puisque ça a très bien été.

Sauf que ce n'était pas vraiment ce à quoi on s'attendait. Il y avait certains signes qui ne trompaient pas, on a essayé de les ignorer, mais il a bien fallu qu'on se fasse confirmer la mauvaise nouvelle.

Et bien voilà, pour tout vous dire, ma descendance, ce sera pour plus tard. À 12 semaines, c'est tard pour un arrêt de grossesse, mais ce n'est pas rare non plus, à ce qu'on nous a dit. Désirée va bien, et je la soutiens.

Merci à tous ceux qui nous ont transmis des mots d'encouragement, ce fut très apprécié. La bonne nouvelle, c'est qu'on va pouvoir s'amuser en masse durant le temps des Fêtes!

Joyeux Noël!

 

Abonnez-vous à La Voix de l'Est ou à LaVoixdelEstSurMonOrdi.ca

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer