Caucus du PLQ: Paradis doit demander à être réintégré

Le député Pierre Paradis n'a pas demandé au... (archives La Voix de l'Est)

Agrandir

Le député Pierre Paradis n'a pas demandé au caucus du Parti libéral du Québec de le réintégrer dans ses rangs.

archives La Voix de l'Est

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Michel Laliberté
La Voix de l'Est

(Bedford) Le caucus du Parti libéral du Québec est disposé à discuter de la réinsertion de Pierre Paradis dans ses rangs. Le député de Brome-Missisquoi doit toutefois en faire la demande.

« Le caucus ne peut pas statuer sur une demande qu'il n'a pas reçue », explique Charles Robert, directeur des relations médias du cabinet du premier ministre Philippe Couillard. « Il ne nous a pas contactés pour le demander », a-t-il indiqué jeudi en entrevue à La Voix de l'Est.

La présidente du caucus du PLQ, la députée de Laporte, Nicole Ménard, a communiqué en juillet avec le bureau de circonscription de M. Paradis, a dit M. Robert, joint à Val d'Or où les libéraux préparent la rentrée parlementaire. « Elle a pris contact pour connaître ses intentions. Mais on lui a dit qu'il n'était pas encore prêt à prendre une décision, que son état de santé ne lui permettait pas de le faire. »

Si le principal intéressé formulait une demande pour être de nouveau admis au sein du caucus, l'ensemble de la députation libérale statuerait sur celle-ci, souligne M. Robert. « Si la situation se présente, ça ne sera pas décidé par le premier ministre. Ça va se discuter au caucus et c'est le caucus qui va prendre la décision », soutient-il.

M. Paradis a été déchu en février de son poste de ministre de l'Agriculture, des Pêcheries et de l'Alimentation et expulsé du caucus libéral suite à la plainte d'une de ses anciennes employées qui accusait le politicien de 67 ans d'avoir posé des gestes à caractère sexuel.

Quelques jours avant que l'affaire ne soit ébruitée, M. Paradis s'était retiré de ses fonctions en raison d'une commotion cérébrale subie lors d'un accident équestre. Il est en congé de maladie depuis.

Au terme d'une enquête de la Sûreté du Québec sur les allégations de la plaignante, le Directeur des poursuites criminelles et pénales a décidé de ne pas porter d'accusation contre M. Paradis. Le DPCP a jugé ne pas détenir de preuve suffisante pour obtenir une condamnation d'inconduite sexuelle.

M. Paradis est député de Brome-Missisquoi depuis 1980.




publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer