Maria Romano se présente dans le district cinq

Maria Romano est la première à déposer sa... (Alain Dion)

Agrandir

Maria Romano est la première à déposer sa candidature dans le district cinq, à Granby.

Alain Dion

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Marie-France Létourneau
La Voix de l'Est

(Granby) Une première candidate tente sa chance dans le district cinq, à Granby. Originaire du Mexique et établie au Québec depuis 14 ans, Maria Romano se dit prête à faire le saut en politique municipale dans le district qu'elle habite.

Maria Romano affirme s'intéresser aux affaires municipales depuis quelques années. Mais elle aimerait maintenant changer de perspective. « J'aimerais et je veux être plus près de l'action, participer aux décisions », a-t-elle affirmé en entrevue à La Voix de l'Est.

Si elle devait être élue, Mme Romano pourrait être appelée à siéger à la table du conseil avec son ex-conjoint, l'actuel conseiller du district 8 et à nouveau candidat, Éric Duchesneau. Une situation qui ne lui poserait pas de problèmes puisqu'elle affirme que tous deux sont en bons termes. 

Pour l'heure, Maria Romano est la seule candidate à avoir déposé sa candidature dans le district 5, dont le siège est laissé vacant par le départ annoncé de l'actuel conseiller, Joël Desmarais. Celui-ci a décidé de ne pas briguer un second mandat pour des raisons de santé. 

La candidate a déjà identifié des projets, voire des préoccupations, qu'elle aimerait soumettre à l'administration municipale. Par exemple, elle propose qu'un trottoir soit aménagé rue Caron, entre les rues Lacoste et Georges-Cros. « Il y a beaucoup de marcheurs et de gens qui font du jogging dans ce secteur. Ce n'est pas sécuritaire », estime-t-elle.

Aussi, elle aimerait que la situation du quartier Faubourg du Séminaire, où elle habite, soit étudiée. Le nombre de maisons y est de plus en plus important, mais il n'y a qu'un accès, soit par la rue Georges-Cros. Pourrait-il être possible de connecter le secteur par un prolongement de la rue Saint-François ? Est-ce la responsabilité du promoteur ou de la Ville ? La candidate dit l'ignorer, mais elle affirme vouloir se pencher sur la question.

À l'écoute

Sa candidature officiellement déposée à l'hôtel de ville, Maria Romano entreprendra sous peu sa première campagne électorale. Elle se lancera ainsi dans une tournée du district pour y réaliser le traditionnel porte-à-porte. Une activité qui lui permettra, dit-elle, d'être à l'écoute des citoyens et de leurs préoccupations. 

La candidate de 40 ans, mère de deux enfants et copropriétaire du commerce Ordi-Plus, a aussi l'intention d'être présente sur les réseaux sociaux. 

Maria Romano aimerait bien que la table du conseil municipal accueille, à l'occasion de l'élection municipale du 5 novembre, une première personne issue de l'immigration. Outre elle, le Colombien d'origine Edgar Villamarin­ Bautista­ souhaite aussi se faire élire, mais dans le district 7, où il affronte l'actuel conseiller sortant­, Robert Riel. 

Contrairement à M. Bautista et au candidat à la mairie, Yves Bélanger, qui prônent tous deux la mise en place d'une politique d'intégration pour les personnes immigrantes ou les nouveaux arrivants, Maria Romano ne juge pas ce point essentiel. Mais elle estime que la Ville de Granby doit continuer à appuyer et à être présente auprès de l'organisme Solidarité ethnique régionale de la Yamaska (SERY), qui a notamment pour mission d'assurer l'accueil des personnes immigrantes et de faciliter leur intégration.

Mme Romano dit par ailleurs être bien au fait de ce qu'implique le travail de conseiller municipal. Elle a été à même de le constater auprès d'Éric Duchesneau. Et elle affirme être prête à y mettre le temps et les efforts nécessaires.




publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer