«Un des gestes les plus importants à poser»

Les Chevaliers de Colomb Yvan Petit et Pierre... (Alain Dion, La Voix de l'Est)

Agrandir

Les Chevaliers de Colomb Yvan Petit et Pierre Champagne, Stéphanie Côté, conseillère en organisation de collectes pour Héma-Québec et Stéphane Potvin, superviseur pour Héma-Québec, entourent Pierre Breton, député de Shefford.

Alain Dion, La Voix de l'Est

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Cynthia Laflamme
La Voix de l'Est

(Granby) « C'est déjà fini ! J'ai presque rien senti, à part la piqûre ! » Dans le temps de le dire, Pierre Breton avait donné 10 % de son sang, un don qui permettra de sauver trois, quatre ou cinq vies, selon l'utilisation qui en sera faite.

Le député de Shefford tenait lundi sa première collecte de sang, organisée en collaboration avec les Chevaliers de Colomb et Héma-Québec. M. Breton souhaitait être le premier donneur de la journée, mais il y avait déjà une file devant lui lorsqu'il est arrivé au pavillon Roger-Bédard, à Granby. Il est tout de même resté sur les lieux jusqu'à 19 h 30 pour remercier les gens qui s'étaient déplacés pour donner de leur précieuse hémoglobine.

« Je considère que c'est un des gestes les plus importants qu'on peut poser aujourd'hui. En plus, c'est gratuit. Je donne de mon sang à l'occasion depuis cinq ou six ans. Je trouve ça hyper important, on ne sait jamais quand on va avoir besoin de sang pour nous-mêmes ou pour les gens qui nous entourent. » Le député en est ainsi à son huitième don.

C'est l'équivalent d'une bouteille d'eau, soit 500 ml, qui est prélevé lors d'un don de sang. « Le sang va être séparé en trois ou quatre produits, tout dépendant de la demande du laboratoire : plaquette, plasma, globules rouges et en cryoprécipité (NDLR : obtenu à partir du plasma), explique à M. Breton Lucie Pépin, assistante technique pour Héma-Québec. Un don aide un minimum de trois personnes et un maximum de cinq, tout dépendant de ce qu'on fait avec le produit et de la demande. »

Héma-Québec, section Montréal, doit aller chercher 1000 dons par jour, affirme Stéphane Potvin, superviseur pour Héma-Québec­. « La réserve nationale se doit d'être à 6,1 jours pour desservir les centres hospitaliers. Quand on descend en bas de ça, s'il y a des demandes urgentes (comme une catastrophe naturelle), on est en péril. Quand on dit 6,1 jours, c'est qu'on serait capable de fonctionner avec nos réserves pendant 6 jours à la demande des hôpitaux, si la demande est normale. Durant l'été, la demande va ralentir à cause des vacances. Par contre, quand les vacances seront terminées, on va avoir une demande plus importante. Présentement, la réserve est au neutre. On est à 8,1 jours, selon ce que j'ai vu ce matin (lundi). »

La collecte de sang du député­ avait un objectif de 150 donneurs. Il n'a pas été possible de savoir lundi si la cible avait été atteinte.




publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer