«Dis oui à la vie et lave tes fruits»

La vidéo publiée par Marie-Ève Daigle a été... (fournie)

Agrandir

La vidéo publiée par Marie-Ève Daigle a été visionnée plus de 737 000 fois et partagée à près de 13 000 reprises.

fournie

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Jonathan Gagnon
La Voix de l'Est

En réalisant une vidéo pour inciter ses amis à laver leurs fruits « non bio » pour éliminer les pesticides qu'ils contiennent, la Granbyenne d'origine Marie-Ève Daigle ne s'attendait certainement pas à créer un phénomène viral. Pourtant, une semaine plus tard, sa publication a bel et bien été visionnée plus de 737 000 fois et partagée à près de 13 000 reprises.

Amatrice de voyages et de plein air, Mme Daigle travaille présentement comme cueilleuse de fruits à Vernon, dans le sud de la Colombie-Britannique. 

L'idée de produire une vidéo lui est venue spontanément le 30 août dernier. Elle souhaitait d'abord et avant tout offrir à ses proches un aperçu de son quotidien dans la vallée de l'Okanagan. 

Dans cette publication, parue sur le compte Deagle Knievel, la femme de 31 ans attire l'attention vers ses mains sales alors qu'elle cueille des petits fruits, affirmant du même souffle que les pesticides représentent « la mort ». « Donc mon ami, mon ami que j'aime tant, dis donc oui à la vie pis lave tes fruits », conseille-t-elle ensuite.

En entrevue avec La Voix de l'Est mercredi, Marie-Ève Daigle a précisé que son discours se voulait à la fois sérieux et humoristique. « Personnellement (je crois que) chaque décision compte ! Si tu choisis de manger des pesticides, tu t'empoisonnes volontairement, donc tu dis non à la vie ! », a-t-elle réitéré. 

La Granbyenne d'origine affirme qu'elle priorise les aliments biologiques dans la mesure du possible. Mais elle ne souhaitait pas militer outre mesure pour faire valoir ses convictions.

« Ma devise est celle de Gandhi : soit le changement que tu veux voir dans le monde. Je fais mes propres choix. Je ne prends aucune responsabilité face à l'autre. Tout le monde est libre de choisir aujourd'hui », a-t-elle soutenu. 

Réaction monstre

Ne sachant pas que son compte Facebook est accessible à tous, Mme Daigle était loin d'anticiper des réactions d'une telle ampleur. Sa publication a entraîné plus de 1 100 mentions « J'aime ». Parmi les quelque 500 commentaires, plusieurs internautes ont également exprimé leur désaccord.

La trentenaire a d'ailleurs senti le besoin de produire une seconde vidéo, laquelle a été mise en ligne samedi soir. Elle réfute alors, en s'appuyant sur son expérience personnelle, l'argument selon lequel les fruits seraient plutôt salis par la cendre créée par les feux de forêt, plutôt fréquents dans l'Ouest canadien.

N'empêche que Mme Daigle voit son expérience d'un oeil très positif. « Les gens sont tellement gentils dans leurs commentaires publics et via Messenger ! Je suis hyper impressionnée par tout l'amour et tous les remerciements qu'on m'envoie par messages privés », a-t-elle confié.

« Le négatif est une minorité !  Mon coeur est rempli de paix et d'amour, donc je ne me laisse pas abattre par ceux qui sont déçus, sceptiques ou fâchés. »




publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer