Le père Bergeron impliqué dans la reconstruction à Houston

Accompagné ici de son frère François (à droite),... (fournie)

Agrandir

Accompagné ici de son frère François (à droite), le père David Bergeron (complètement à gauche) a participé à plusieurs collectes de denrées. Une ambulance transformée en « église mobile » est notamment venue de la Louisiane pour offrir de l'aide.

fournie

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Jonathan Gagnon
La Voix de l'Est

(Granby) La journée nationale de prière tenue dimanche en soutien aux sinistrés de la tempête Harvey avait une signification particulière pour le père David Bergeron, qui est établi à Houston. Le natif de Granby souhaite maintenant que l'engagement de la communauté se traduise par des gestes concrets.

Comme David Bergeron, sa casquette du Canadien a... (fournie) - image 1.0

Agrandir

Comme David Bergeron, sa casquette du Canadien a fait le tour des médias d'information...

fournie

« Notre curé a parlé de façon à donner l'espoir aux gens. Et, en même temps, dire qu'on a le projet d'être ouverts du mardi au vendredi, entre 13 h 30 et 15 h 30, pour distribuer les denrées qu'on reçoit », a-t-il indiqué lundi au bout du fil. 

Le père Bergeron souligne que les besoins sont criants au sein de la population. « Ça peut être aussi simple que donner une caisse d'eau. Ça ne coûte pas très cher, mais ça peut aider les gens à garder l'argent pour réparer leur maison et acheter des meubles », fait-il valoir. 

Son église, le Centre charismatique catholique de Houston, compter également organiser des ateliers pour enseigner le travail du gypse. Une initiative qui devrait avoir des impacts directs sur la reconstruction. « Si on met toutes les petites attentions ensemble, ça donne une aide importante », fait-il valoir.

Des dommages bien visibles

Une dizaine de jours après le passage dévastateur de Harvey, l'eau se retire progressivement des rues de Houston. David Bergeron­ a d'ailleurs pu se retourner au domicile de son frère François, là où son aventure fort médiatisée avait débuté dans la nuit du 27 août. « La plupart des endroits sont au sec. Mais ils sont encore en train de laisser passer l'eau dans certains réservoirs, donc quelques quartiers sont probablement encore inondés », souligne le Granbyen d'origine.

Un peu partout, les ravages de Harvey sont bien visibles. « Présentement (dimanche), je suis dans un quartier très affecté, près d'un bayou (dans le centre-ouest de la ville). Toutes les maisons ont eu de graves problèmes. Je vois plusieurs meubles et des portes (arrachées). (...) Ce sont des quartiers assez huppés. Mais eux aussi ont eu des problèmes. »

À l'aise avec la célébrité 

Rappelons que le père Bergeron­ avait attiré l'attention en se servant d'un kayak pour aider des sinistrés au lendemain de la tragédie. Depuis, il a donné près de 25 entrevues, dont une à la prestigieuse BBC, au Royaume-Uni.

Le prêtre se dit à l'aise avec cette célébrité soudaine.

« Après l'ouragan, pour moi, il y a eu une tempête des médias, dit-il avec un brin d'humour. Ça a été une expérience fort enrichissante. »

Cette couverture aura notamment fait rayonner des valeurs qui lui sont chères. 

« On sait que pour les Québécois, la pratique religieuse est un peu moins importante que chez les hispanophones, qui sont une partie importante de la population que je côtoie. Mais c'est toujours reconnu que les Québécois sont très intéressés par les missions humanitaires. L'action est encore très présente, même si la pratique religieuse l'est moins », souligne-t-il.

Sans avoir prévu le coup, David Bergeron a également démontré son amour pour son équipe de hockey favorite. Comme lui, sa casquette du Canadien a fait le tour des réseaux d'information. « J'ai pu partager ma dévotion, pas seulement pour les saints, mais aussi pour la Sainte-Flanelle­ », blague-t-il.




publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer