50 000 spectateurs... et «une grande finale»

« Dans quelques années, on va dire que 2017... (archives La Voix de l'Est)

Agrandir

« Dans quelques années, on va dire que 2017 était une grande finale », estime le directeur général du Festival international de la chanson de Granby, Pierre Fortier.

archives La Voix de l'Est

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Cynthia Laflamme
La Voix de l'Est

(Granby) Qualité. C'est le terme qui qualifie le mieux la cuvée 2017 du Festival international de la chanson de Granby aux yeux de son directeur général, Pierre Fortier.

« On parle beaucoup des finales de 2009 et 2010. On peut juger de la qualité d'une finale 5, 6 ans plus tard selon où les artistes sont rendus dans leur carrière. Dans quelques années, on va dire que 2017 était une grande finale, confie M. Fortier, qui croit que les finalistes feront carrière. La qualité des interprètes du petit festival était formidable aussi ! Je suis content ! »

Il se réjouit particulièrement du résultat des spectacles hommages, malgré que les répertoires de Robert Charlebois et Jean Leloup soient très difficiles à inte­rpréter. « Il n'y avait pas tant de têtes d'affiche que ça, mais il y avait des artistes qui étaient capables de livrer la marchandise. Ça a donné un super de bon show. »

Tous comptes faits, le spectacle d'Éric Lapointe, vendredi soir, aura été le plus populaire avec 18 975 spectateurs. Les dépositaires d'alcool ont même manqué de bière durant la soirée. La situation s'est répétée à certains endroits sur le site samedi soir lors du spectacle hommage De Leclerc à Leloup

Il y a aussi eu de beaux moments à l'extérieur du Palace et du parc Daniel-Johnson. « Le spectacle de Caravane au Pub du village, jeudi soir, était mémorable. C'était une performance qu'on ne voit pas souvent dans le rock. Le chanteur est possédé! Pour Émile Bilodeau, il y avait 260 personnes au Pub du village ! Ça débordait. Même Bleu Jeans Bleu... » Il pourrait tous les énumérer, mais conclut que les spectacles au Pub du village ont eu la cote.

La série des concerts inattendus a aussi bien fonctionné. Un concert dans une lunetterie a particulièrement levé, avec deux ovations­, rapporte­ M. Fortier.

Deuxième meilleure assistance

Toutes activités réunies, le FICG a attiré autour de 50 000 personnes. En 2016, 56 500 personnes avaient été comptabilisées. « C'est sûr que quand t'as une température de 8 degrés de moins que l'année passée, ça fait une différence », souligne le grand manitou du Festival. Il s'agit tout de même de la deuxième plus forte assistance à ce jour à Granby.

Et pour le 50e anniversaire?

Pierre Fortier espère fracasser le record d'assistance de 2016 l'an prochain alors que le Festival de la chanson célébrera- ses 50 ans d'existence.

« Le corpus de la programmation est fait. Ça va être probablement sur deux semaines et non dix jours. On a la majorité des têtes d'affiche réservées. Maintenant, il faut s'assurer du financement de tout ça. D'ici la fin octobre, je veux savoir avec quel budget je peux travailler. »

Ce qu'il souhaite ? Une plus grosse équipe, de plus gros spectacles, une plus grosse scène... « Un plus gros tout. On veut que ce soit un événement qui va marquer Granby pour longtemps ! »

Questionné sur d'éventuelles têtes d'affiche, le DG lance au vol les noms d'Alex Nevsky, Pierre Lapointe et Klô Pelgag. Jean Leloup, gagnant du concours en 1983, a été invité, mais l'organisation ne s'attend pas à une réponse rapide de « l'électron libre ».

Plusieurs artistes qui sont passés par le FICG ont été invités, mais d'autres chanteurs le sont aussi. Il est question d'artistes qui correspondent à l'esthétique du festival. 

Enfin, comme le directeur général l'avait déjà annoncé, les spectacles hommages feront relâche en 2018. Pour le 50e anniversaire, ils céderont la place aux spectacles concept. Cynthia Laflamme




publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer