Dans les coulisses du jury

Cette année, le jury est composé de (de... (Catherine Trudeau, La Voix de l'Est)

Agrandir

Cette année, le jury est composé de (de gauche à droite): Vincent Garneau, programmateur musical et radio pour le réseau Énergie, de la gérante d'artistes Valérie Bergeron, de l'auteur-compositeur-interprète Guillaume Beauregard, de Marie-Pier Pilote, responsable des services aux membres à la Bourse RIDEAU, ainsi que de Guillaume Moffet, responsable d'Artists and Repertoire pour la SOCAN. Christian Morisset agit à titre de coordonnateur du jury.

Catherine Trudeau, La Voix de l'Est

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Marie-Ève Lambert
Marie-Ève Lambert
La Voix de l'Est

Tout au long du Festival de la chanson, ils se font discrets. Pourtant, leur rôle est capital : ils évaluent chaque performance des demi-finalistes, déterminent les quatre artistes qui passeront à l'ultime étape ainsi que celui qui remportera la grande finale. Mais qui sont-ils et que font-ils exactement ? La Voix de l'Est est allée à leur rencontre au lendemain de la première demi-finale.

« Chaque année, j'essaie de réunir des gens de différents horizons pour constituer le jury », expliquait auparavant Dany Giard, le directeur du grand concours au FICG. De différents horizons, mais qui ont tous un certain rapport à l'industrie musicale, vous l'aurez deviné.

Ainsi, cette année, le jury est composé de l'auteur-compositeur-interprète Guillaume Beauregard, de Vincent Garneau, programmateur musical et radio pour le réseau Énergie, de Marie-Pier Pilote, responsable des services aux membres à la Bourse RIDEAU, de la gérante d'artistes Valérie Bergeron ainsi que de Guillaume Moffet, responsable A & R (abréviation d'Artists and Repertoire) pour la SOCAN.

Dans le cadre de leur travail respectif, ils sont fréquemment appelés à siéger sur le jury des différents concours de chansons au pays. Aucun d'eux n'en est donc à sa première expérience du genre au Festival de la chanson - bien qu'il s'agisse d'une première fois à Granby pour Valérie et Guillaume. Ce dernier avait toutefois été juré pour les auditions du Festival à deux reprises auparavant.

Chaque soirée du concours, les cinq jurés se réunissent au Palace, prennent place dans la salle et notent et commentent chacune des prestations qui leur est présentée selon trois grands critères principaux : l'originalité, la qualité du répertoire et la qualité de l'interprétation. « Mais ça arrive fréquemment qu'on déborde de ce cadre-là, souligne Guillaume Moffet. Par exemple, la présence sur scène. L'aisance ne rentre dans aucune catégorie, mais est quand même importante. »

Même s'ils oeuvrent tous dans différents maillons de la chaîne de l'industrie musicale, ils disent ne pas juger différemment. Pas complètement, du moins. « C'est sûr que je vais peut-être plus considérer si tel artiste à un potentiel de tournée, par exemple », admet Valérie Bergeron.

Pour bien s'acquitter de leur tâche, les juges disent préférer ne pas faire de recherches préalables sur les candidats. « J'aime mieux être vierge, question de ne pas avoir d'attentes ou d'idées préconçues sur l'artiste qui pourraient influencer mon jugement », laisse savoir Vincent Garneau, immédiatement appuyé par les deux dames.

« Pour ma part, j'ai déjà vu plusieurs des candidats dans d'autres concours, donc je les connais un peu, admet Guillaume Moffet. Mais certains réservent des surprises. J'ai vu des gens très bien faire alors que je ne m'y attendais pas, et vice versa. »

Afin d'arriver à un consensus, le quintette se réunit à chaque entracte et à la fin de chaque soirée, pour discuter des performances de chaque candidat ainsi que de l'évaluation qu'ils en ont faite, sous la supervision du coordonnateur du jury, Christian Morisset. Ce dernier agit à titre de simple médiateur et n'a donc pas voix au chapitre.

Il se charge par contre de compiler les commentaires et de les remettre aux candidats lors du débriefing une fois les quatre demi-finales passées.

Pas infaillibles

Le plus difficile dans tout ça ? « Être capable de se faire une opinion rapidement et identifier le potentiel d'un artiste en se basant sur seulement trois chansons », sont d'avis les cinq jurés.

Et ils ne sont pas infaillibles, rappellent-ils. On se rappellera tous, il y a trois ans, un certain Émile Bilodeau qui avait accédé à la finale par le simple vote du public puisqu'il n'avait pas été retenu par les juges. On connaît la suite, la visibilité dont il jouit aujourd'hui... 

« On peut se tromper ! », affirme Guillaume Beauregard.

« Ce peut aussi être parce que les juges, des professionnels de l'industrie, jugent que ça ne servira pas à l'artiste de gagner Granby à ce moment-là, qu'il n'est pas prêt », ajoute Marie-Pier Pilote.

« Ce peut aussi juste être une question de timing. Passer le premier versus passer dixième, ça peut jouer », renchérit Guillaume Moffet.

Quoi qu'il en soit, les dés ne sont pas jetés tant que le dernier candidat n'est pas monté sur scène. Et ça se passe ce soir.




publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer