Un gorille bleu à la porte du Palace

Selon le maire Pascal Bonin, le bleu du... (Janick Marois, La Voix de l'Est)

Agrandir

Selon le maire Pascal Bonin, le bleu du gorille rappelle la couleur dominante de l'affiche du Festival international de la chanson 2017.

Janick Marois, La Voix de l'Est

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Isabel Authier
Isabel Authier
La Voix de l'Est

(Granby) L'opération charme #granbyestzoo s'est poursuivie vendredi matin par l'installation d'une quatrième oeuvre ludique au centre-ville de Granby. Après les tentacules de pieuvre à la bibliothèque, la girafe rouge à la place Johnson et les méduses au parc Miner, voilà qu'un énorme gorille bleu trône désormais près de l'entrée du Palace de Granby.

Cette nouvelle pièce permanente, qui montre le grand singe avec un microphone à la main, se veut d'abord un clin d'oeil à Mumba, le célèbre gorille du Zoo de Granby, décédé en 2008. 

La sculpture a été créée, comme dans le cas de la girafe rouge, par les artistes granbyens Jean-Yves Rhéaume et Marco De Muri. Ceux-ci ont utilisé du polystyrène sur une ossature en métal, qu'ils ont recouvert de polyuréthane et de peinture acrylique. Le résultat fait 2,5 mètres de hauteur sur 2 mètres de largeur. 

Le dévoilement du gorille « chantant » en plein Festival international de la chanson de Granby n'est pas un hasard. À travers l'oeuvre, la Ville souhaite du même coup souligner 50 ans de spectacles au centre-ville. 

« Nous voulons rappeler aux citoyens et aux visiteurs l'importance de la vie culturelle à Granby et le rayonnement de la ville partout dans le monde grâce à ses lieux culturels, ses spectacles et ses festivals », souligne le maire de Granby, Pascal Bonin.

Quant à la couleur bleue, précise-t-il, elle a été choisie pour son côté amusant et pour rappeler la couleur dominante de l'affiche du Festival de la chanson 2017. 

« Notre image de marque se poursuit. Les Granbyens la trouvent belle et rayonnante, leur ville ! Chaque dévoilement devient un événement », affirme le maire au sujet de cette initiative lancée le mois dernier au coût de 155 000 $ pour égayer le centre-ville et faire rayonner la municipalité.

Deux autres oeuvres seront dévoilées cet automne. Quels animaux reproduira-t-on et où seront installées ces sculptures ? Le mystère demeure entier, mais on nous prévient que celles-ci seront plus imposantes que la girafe et le gorille...

Le projet des oeuvres ludiques se poursuivra jusqu'en 2020, indique la municipalité.




publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer