Mgr Lapierre poursuivra sa mission à sa façon

Une soirée « hommage et reconnaissance » a eu lieu... (fournie par le diocèse de Saint-Hyacinthe)

Agrandir

Une soirée « hommage et reconnaissance » a eu lieu mercredi dernier à la Cathédrale de Saint-Hyacinthe, pour souligner les 19 années d'épiscopat de Mgr François Lapierre (à droite). Près de 1000 personnes étaient présentes.

fournie par le diocèse de Saint-Hyacinthe

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Samuel Leblanc, stagiaire à la voix de l'Est.
Samuel Leblanc
La Voix de l'Est

(Saint-Hyacinthe) Le 17 septembre prochain, Monseigneur François Lapierre, 76 ans, remettra dans les mains de Monseigneur Christian Rodembourg le diocèse dont il a eu la charge pendant 19 ans. Une soirée « hommage et reconnaissance » a eu lieu en son honneur mercredi dernier à la Cathédrale
de Saint-Hyacinthe. Près de 1000 personnes s'y sont retrouvées pour souligner son oeuvre.

« Je ne vous cacherai pas que c'est un choc, de quitter le diocèse après tant d'années », débute celui qui a remis sa démission au Pape en juillet 2016. Depuis, il occupe le poste d'administrateur apostolique, en charge du diocèse en attente du prochain évêque. C'est donc un an après sa démission qu'il partira réellement. Pour lui, il s'agit de quitter sa famille, rien de moins.

« On ne laisse pas des gens avec qui on a apprécié travailler sans que ça ne laisse des traces », avoue-t-il. « Un diocèse, c'est un peu comme une grande famille. On ne calcule pas le temps qu'on y met. Des parents ne pourraient pas dire ''cette semaine, je me suis occupé de mes enfants pendant 40 heures.'' C'est à tout moment qu'on est appelé à intervenir ».

Sa grande famille était d'ailleurs présente pour lui serrer la main, le remercier et lui rendre hommage mercredi dernier. Elle était venue des quatre coins du diocèse pour le remercier, sous la musique sacrée qui emplissait la cathédrale. « On a aimé Mgr Lapierre. Profondément. Il a été le chef spirituel et le guide sûr qui a conduit son Église diocésaine avec bonté et fermeté, avec lucidité et sagesse. Il a transmis et nourri le feu sacré dans les communautés chrétiennes confiées à sa bienveillance », est-il mentionné dans un communiqué.

Dans l'immédiat, l'honoré pense profiter de son temps libre pour aller rejoindre des amis au Pérou, où il a effectué des missions d'évangélisation, en début de carrière. « Tout commence par une expérience spirituelle d'ouverture à la vocation. Un appel qu'on ressent », se rappelle-t-il. « Pour moi, c'était les missions à l'étranger ».

C'est principalement suite à une rencontre avec Monseigneur Prévost, un évêque ayant fait mission en Chine, qu'il découvre sa passion. Il a alors 17 ans. 

D'ailleurs, il se risque à attribuer sa nomination comme 11e évêque du diocèse de Saint-Hyacinthe à son intérêt pour les missions étrangères. « On insiste beaucoup sur l'importance de la mission. Et la mission n'est pas seulement en Afrique ou en Amérique latine. On vit aussi une situation missionnaire ici même. Peut-être que ça, ça l'a joué. Difficile à dire ».

Ce qui l'aura beaucoup marqué dans son rôle d'évêque, c'est non seulement ses rencontres avec les papes Jean-Paul II, Benoit XVI et François, mais surtout ses visites lors de cérémonies comme la Confirmation. « Le contact avec les familles et les jeunes adultes qui viennent de se confirmer, ça, ça a été quelque chose, pour moi, de très bon », dit-il. « Ce sont des occasions de rencontre, de communion ».

Boucler la boucle

Peu avant son départ, il a célébré, à la Cathédrale de Saint-Hyacinthe, un mariage d'immigrants d'Amérique du Sud. Précisément de Colombie. Une conclusion poétique pour la carrière de Mgr Lapierre, qui a consacré plusieurs années de sa carrière en mission en Amérique du Sud. « C'est spécial, mais c'est une nouvelle réalité qu'on vit. Le monde change », dit-il.

« Je vais devoir m'habituer à vivre une nouvelle réalité », note d'ailleurs celui qui compte partir pour le Pérou. Pour lui, la retraite est une nouvelle étape, mais pas question d'oublier son rôle d'évangélisateur. « Je veux continuer, d'une façon ou d'une autre, à vivre la Mission. Comment, je ne sais pas encore exactement », avoue-t-il.

Pour l'instant, il retournera passer du temps dans une communauté, dont il a participé au développement, il y a 50 ans. 

En attendant, il est très heureux d'avoir eu droit à une telle reconnaissance. « C'est apprécié. Parfois, on peut faire des choses et personne n'est là pour nous remercier. Ici, j'ai toujours trouvé qu'il y avait beaucoup de place à la reconnaissance ». 

Nouvel évèque

Christian Rodembourg, fin cinquantaine, deviendra évêque du diocèse de Saint-Hyacinthe le 17 septembre prochain. Jusqu'alors, il occupait le poste de curé à la cocathédrale Saint-Antoine-de-Padoue de Longueuil. Il fait partie de la communauté de missionnaires des Saints Apôtres. « Sa grande priorité, c'est les familles, les couples », mentionne son prédécesseur.




publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer