Grand départ pour une famille de globe-trotters

Quatre continents, quatorze pays, dix mois: toute une... (Janick Marois, La Voix de l'Est)

Agrandir

Quatre continents, quatorze pays, dix mois: toute une aventure autour du monde attend la famille Prince, composée d'Alain, de Julie (absente sur la photo), de Loïc (à droite) et de Gaël.

Janick Marois, La Voix de l'Est

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Marie-Ève Martel
La Voix de l'Est

(Granby) Quatre continents, quatorze pays, dix mois : toute une aventure autour du monde attend la famille Prince, composée d'Alain, de Julie, de Loïc et de Gaël. Une occasion unique de vivre des moments mémorables en famille, mais aussi d'en apprendre sur le monde et dont le grand départ aura lieu le 4 septembre.

Le projet mijotait dans l'esprit du couple depuis environ deux ans et demi. « On avait voyagé pas mal avant d'avoir les enfants. On a vécu deux ans en Suisse, d'où je suis originaire. Puis, on est allés en Europe et en Asie du Sud-Est, énumère M. Prince. En famille, on a eu envie d'avoir un projet qui nous permettrait de passer du temps de qualité ensemble, qui nous allume. Et l'idée est arrivée. »

Une idée à laquelle on a trouvé un nom riche de sens : Les petits Prince autour du monde. Un clin d'oeil à la fois au voyage familial, mais aussi à la célèbre oeuvre de Saint-Exupéry. « C'est une histoire qu'on a toujours appréciée pour son côté philosophique, relève le Granbyen. Il y a plein de petites phrases qui incitent à vivre ses rêves, à retrouver son coeur d'enfant et à aller au-delà des apparences. »

Itinéraire

Un tel tour du monde ne s'organise toutefois pas en claquant des doigts. Des mois de planification ont été nécessaires pour que tout soit fin prêt à temps.

Établir un itinéraire n'a pas été facile : partir à la conquête du globe dans un délai donné implique de devoir faire des choix. « On a choisi des lieux qu'on n'a jamais visités, et selon la météo, indique M. Prince. On voulait aussi trouver un équilibre entre des pays riches et des moins riches. »

La famille s'offrira donc les splendeurs de l'Irlande, de l'Angleterre, du Japon, de la Chine, du Viêt Nam, de l'Indonésie, de l'Australie, de la Nouvelle-Zélande, de la Polynésie française, du Chili, de l'Argentine, de la Bolivie, du Pérou et du Costa-Rica. 

« On a dû en laisser tomber quelques-uns, dont les Fidji, parce qu'on serait allés pendant la saison des pluies. On a aussi décidé de ne pas aller au Brésil. Et on a laissé faire l'Afrique », dit-il avec regret... et un sourire complice laissant présager que ce n'est que partie remise.

Les voyages forment l'esprit

Histoire de bien goûter toutes ces cultures, les Prince comptent se loger chez l'habitant ou dans des Airbnb, si nécessaire. Ils prendront le temps de se poser et d'aller à la rencontre des autres pour apprendre à les connaître et pour échanger. Ces rencontres aussi seront partagées, via le site Internet de la famille (www.lespetitsprinceautourdumonde.com), qui y tiendra un blogue à la manière d'un carnet de voyage. 

Une section conçue à l'attention des écoles contiendra des informations sur chaque pays visité. « On va parler de thèmes comme le climat, la population, les drapeaux, les animaux, la religion, la culture, énumère Alain Prince. On va publier des photos et peut-être même des vidéos dans lesquelles la musique du pays pourrait jouer, afin de la faire connaître aux gens. »

Les Prince aimeraient également réaliser le portrait d'un enfant par pays, en montrant sa chambre, ses jouets et son milieu de vie afin d'illustrer la diversité culturelle du monde.

Pour Loïc et Gaël, qui auraient dû rentrer en troisième année et en maternelle cet automne, toutes ces trouvailles seront l'occasion d'apprendre autrement, puisqu'ils seront scolarisés outre-mer par leurs parents, préparés par une conseillère pédagogique de la commission scolaire. « Pourquoi ne pas faire des mathématiques dans le sable, à la plage ? demande M. Prince. On va intégrer le concept du jeu et partir de concepts du quotidien, comme aller à l'épicerie, pour amener la résolution de problèmes. Il y a moyen d'apprendre en s'amusant ! »

« Clins d'oeil » au TSA

Un autre volet du voyage visera à mettre en lumière et à démythifier le trouble du spectre de l'autisme (TSA), dont l'aîné de la famille, Loïc, est affecté. 

« Ce voyage-là, c'est un projet auquel on n'aurait pas pensé, à un moment, se réjouit son père. On est conscients qu'on aura des défis, mais si son expérience et la nôtre peuvent donner de l'espoir à certains parents... »

Le site Web de la famille deviendra alors une plateforme destinée à raconter ce qu'Alain Prince appelle des « clins d'oeil », des anecdotes en lien avec le TSA et l'encadrement de Loïc en contexte de voyage. On y partagera également les approches et les ressources disponibles pour les personnes autistes dans différents pays de la planète.

D'ici le 4 septembre, les petits Prince comptent les dodos avant le grand départ. Gaël, cinq ans, a particulièrement hâte d'aller au Japon. « Parce que c'est là qu'il y a les ninjas ! »




publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer