HLM de Bromont: des citoyens veulent sauver les arbres

Aya Leclerc, Liette Archambault et Isabelle Marissal ont... (Janick Marois, La Voix de l'Est)

Agrandir

Aya Leclerc, Liette Archambault et Isabelle Marissal ont émis des demandes précises au conseil municipal de Bromont, ce lundi.

Janick Marois, La Voix de l'Est

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Samuel Leblanc, stagiaire à la voix de l'Est.
Samuel Leblanc
La Voix de l'Est

(Bromont) Quelques résidentes des habitations à loyer modique (HLM) de la Place Windsor à Bromont ont présenté lundi des demandes concrètes à la Ville et à l'Office municipal d'habitation de Bromont (OMHB) concernant les travaux de réaménagement, dont sont victimes des arbres vieux de 20 ans qui amélioraient la qualité de vie des résidents.

Plusieurs arbres, qui améliorent la qualité de vie... (Alain Dion, La Voix de l'Est) - image 1.0

Agrandir

Plusieurs arbres, qui améliorent la qualité de vie des résidents, devront être coupés lors des travaux de réaménagement des sentiers piétonniers de la Place Windsor.

Alain Dion, La Voix de l'Est

Depuis le début des travaux en juillet, deux pétitions demandant l'arrêt de ceux-ci - ayant lieu principalement dans la cour intérieure des HLM - ont été remises à l'intention de la Ville de Bromont et de l'OMHB. Pas moins de 44 des 46 locataires ont apposé leur signature, en plus de 35 voisins qui empruntent un sentier jusqu'alors ombragé par les arbres.

« Ils sont en train de détruire tous les arbres qu'on a plantés il y a une vingtaine d'années avec nos enfants ! Des arbres matures qui donnent de l'ombre. On crevait de chaleur avant ! », s'est insurgée Aya Leclerc, l'une des principales demandeuses.

Les pétitions ont été remises à la Ville dans la semaine du 17 juillet. Depuis, les élues Pauline Quinlan et Diane Perron se sont rendues sur les lieux, et une rencontre le 22 juillet avec Sylvie Lafontaine, directrice de l'OMHB.

« Lors de la rencontre, il n'a jamais été dit : on va regarder avec vous ce qu'il est possible de faire », déplore Mme Leclerc. « On a décidé des arbres à garder et des arbres à abattre. Moi, je les connais par coeur, parce que je les ai plantés. J'ai donc fait un inventaire et j'ai tout écrit. Personne n'a pris mes demandes en note sauf l'ingénieur, mais rien n'a été respecté ! Ils ont abattu tous les arbres de devant ! ».

Un érable à sucre a entre autres été coupé, sans un permis nécessaire, d'où la présentation de demandes précises lors du dernier conseil de ville. 

Les demandes incluent l'arrêt complet des travaux jusqu'à nouvel ordre, l'organisation d'une réunion impliquant les représentants de la Ville et les membres du conseil d'administration d'OMHB, Aya Leclerc et Liette Archambault dans les plus brefs délais afin de revoir le plan de réalisation des travaux et le retrait du dossier des mains de Sylvie Lafontaine.

« Je suis bien consciente qu'il y a des changements à faire », a souligné Aya Leclerc. « Mais je veux qu'ils se fassent dans le respect ». Depuis le début des travaux, cinq arbres de la rue Champlain ont été coupés sur la trentaine plantée par les résidents, il y a un peu plus de vingt ans.

Celle qui habite à la Place Windsor depuis plus d'une vingtaine d'années dit avoir le soutien de la Fédération des locataires d'HLM du Québec et prévoit faire valoir son point au ministère de l'Environnement.

« Ça fait 20 ans que je suis là. Je sais ce dont les résidents ont besoin et ce qu'ils veulent. Oui, il y a des sentiers à changer, des patios, une pente à aménager...mais gardons les arbres ! », conclut-elle.

Pas facile

« Des travaux d'importance concernant l'aménagement entourant les HLM doivent être faits, par exemple les trottoirs et les voies d'accès », a expliqué la mairesse de Bromont, Pauline Quinlan. « Ça fait depuis les années 1970 que ces immeubles sont là, donc ça demande de la réfection ».

Selon elle, il n'est pas évident de marier la sauvegarde des arbres et d'effectuer les travaux nécessaires. « C'est difficile de marier les deux. Un moment donné, il y a une question d'accès et de sécurité, par exemple la capacité pour les véhicules d'urgence de rentrer sur le site. On a beau être amoureux de la nature, qu'on le veuille ou non, il faut maintenir les infrastructures... »

Une rencontre entre la Ville et les demandeuses devrait avoir lieu dans les jours qui viennent. « On va trouver ensemble la meilleure solution pour les deux parties », a fait savoir Pauline Quinlan.




publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer