Deux suspects arrêtés pour une série de méfaits

Le Granbyen Bernard Delage ne comprend pas pourquoi... (Janick Marois)

Agrandir

Le Granbyen Bernard Delage ne comprend pas pourquoi deux hommes ont vandalisé sa voiture.

Janick Marois

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Karine Blanchard
La Voix de l'Est

(Granby) « C'est complètement gratuit », laisse tomber Bernard Delage. Le Granbyen a été tiré de son lit, dans la nuit de dimanche à lundi, après que des vandales eurent volontairement endommagé sa voiture, fracassant les pare-brise et abîmant le toit.

Une des vitrines de la piscine Miner, dans... (Janick Marois) - image 1.0

Agrandir

Une des vitrines de la piscine Miner, dans l'avenue du Parc, a subi les foudres des vandales. Des policiers qui patrouillaient le secteur ont entendu le fracas. C'est ainsi qu'ils ont pu identifier les suspects et procéder à leur arrestation.

Janick Marois

Deux autres automobiles et une vitrine de la piscine Miner ont également­ été ciblés. 

« Je dormais quand j'ai entendu du bruit, mais je ne savais pas d'où ça provenait », explique le résident de la rue St-Hubert. Il était environ minuit quinze. Un voisin a ensuite cogné à sa porte pour l'aviser que sa voiture venait d'être la cible d'individus malfaisants.

Ces derniers ont brisé le pare-brise avant et celui arrière, qui a volé en éclats. Le toit de la voiture a été enfoncé, possiblement parce qu'un des hommes avait sauté dessus. 

« Il ne faut pas être dans un état normal pour faire ça », lance M. Delage, qui s'affairait à ramasser les débris de vitres tombés, lundi matin, au moment du passage de La Voix de l'Est. « Je ne suis pas attaché aux biens de la terre, mais je viens de mettre 1000 $ en réparations sur ma voiture. Pourquoi faire ça sans raison ? », ajoute-t-il, visiblement secoué.

Aucun des objets qui se trouvaient à l'intérieur de sa Chevrolet­ n'a disparu. L'automobiliste était assuré, mais il ignorait lundi si sa voiture serait déclarée perte totale. Si tel est le cas, il s'inquiète du montant qui lui sera versé pour dénicher un nouveau véhicule en aussi bonne condition. « C'est un acte criminel. Je n'ai pas à payer le 250 $ de déductible­ », estime-t-il. 

Le Granbyen n'est pas la seule victime de ces malfaiteurs. Ceux-ci auraient également endommagé une voiture garée dans le stationnement de la caisse Desjardins­, rue Laval, en brisant les phares et éraflant la carrosserie. Même scénario dans le station­nement du restaurant Normandin­, rue Principale. 

C'est finalement à la piscine Miner dans l'avenue du Parc qu'ils auraient frappé pour la dernière­ fois, cette nuit-là. 

Intoxiqués

Des policiers qui patrouillaient dans le secteur ont entendu le fracas provoqué par la vitre brisée. En cherchant la provenance du bruit, ils ont aperçu deux suspects, qu'ils ont arrêtés dans la rue Phoenix. Ces hommes pourraient être les auteurs de tous les méfaits commis cette nuit-là. « On pense que ça pourrait être les mêmes suspects », indique Guy Rousseau, porte-parole du Service de police de Granby. 

Le Granbyen âgé de 21 ans et le Farnhamien de 20 ans, tous deux connus des policiers, étaient fortement intoxiqués au moment de leur arrestation. Ils ont été conduits en cellule au poste de police de Granby. Les enquêteurs les ont interrogés lundi, après quoi ils ont été remis en liberté sur promesse de comparaître ultérieurement.

Une accusation de méfaits de moins de 5000 $ sera déposée contre le duo, le 2 octobre prochain. Le Granbyen sera aussi accusé de vol de moins de 5000 $ pour s'être emparé d'un bar extérieur et de bouteilles d'alcool qui se trouvaient derrière une propriété de la rue Léger, samedi. Quant au Farnhamien, il sera également inculpé de possession de cannabis.




publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer