Partie remise pour le Défi-Vision

Les nombreux spectateurs, coureurs, non-voyants, artistes, et autres... (archives La Voix de l'Est)

Agrandir

Les nombreux spectateurs, coureurs, non-voyants, artistes, et autres présents à l'Autodrome notamment pour le Défi-Vision Mira ont dû rebrousser chemin, la programmation ayant été annulée en début de soirée à cause de la pluie.

archives La Voix de l'Est

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Samuel Leblanc, stagiaire à la voix de l'Est.
Samuel Leblanc
La Voix de l'Est

(Granby) La pluie était intermittente en début de soirée vendredi, mais cela aura été suffisant pour annuler les courses prévues à l'Auto­drome de Granby, y compris le Défi-Vision Mira. La « course la plus folle au monde » est donc remise à vendredi­ prochain, 11 août.

« C'est notre 30e édition, et on veut s'assurer que ce soit un succès », a expliqué Sandy Fortier, coordonnatrice pour la Fondation Mira, à la foule s'agglomérant près des installations du Défi-Vision. « Et malheureusement cette année Dame Nature ne joue pas de notre côté. »

La Fondation Mira a donc subi la décision de Dominic Lussier, promoteur de l'Autodrome, et devra attendre vendredi prochain (11 août), même place, même heure, avant d'installer ses duos formés d'un non-voyant et d'une célébrité derrière le volant. 

« C'est épouvantable comment je suis déçu », mentionne quant à lui Nicolas Saint-Pierre, directeur général de la Fondation Mira, qui participe cette année au Défi. « On se reprend la semaine prochaine ! Je vais quand même gagner ! » 

Scénario connu

Ce n'est pas la première fois que la course est annulée. Le scénario s'est produit à deux ou trois reprises, au meilleur du souvenir du directeur général de la Fondation. Vendredi, ils étaient 32 équipes formées d'un non-voyant et d'une célébrité à être au rendez-vous. Les copilotes qui ne pouvaient prendre part à l'événement la semaine prochaine étaient invités à remettre leur chandail aux couleurs du Défi avant de quitter l'Autodrome.

Selon Nicolas Saint-Pierre, cependant, cela ne pose pas vraiment de problème. « On a plein de monde qui veut participer, a-t-il fait valoir. Parfois il n'y a pas de place pour les jumeler. Ça va bien aller au niveau du pairage. »




publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer