Moins de réfugiés attendus à Granby

La directrice générale de SERY, Joanne Ouellette... (archives La Voix de l'Est)

Agrandir

La directrice générale de SERY, Joanne Ouellette

archives La Voix de l'Est

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Cynthia Laflamme
La Voix de l'Est

(Granby) Solidarité ethnique régionale de la Yamaska (SERY) devra composer avec un budget amputé de 54 000 $ pour les douze prochains mois. Le nouveau protocole avec Québec permettra d'accueillir 38 réfugiés de moins, soit une diminution de 20 % par rapport à la dernière année.

La signature de ce nouveau protocole, fin juillet, survient alors que de plus en plus d'Haïtiens fuient les États-Unis, d'où ils craignent être chassés, pour se réfugier au Québec, passant illégalement la frontière. Mardi, le Stade olympique a été transformé en refuge pour accueillir tous ces gens. 

« Si ça continue, ils vont remplir le stade au complet, croit la directrice générale de SERY, Joanne Ouellette. Il en passe des centaines par jour. Qu'est-ce qu'ils vont faire avec tous ces gens-là? La ministre [Kathleen Weil] ne nous a envoyé aucun courriel pour nous dire de nous préparer. Ils nous mettent des quotas, mais s'ils veulent nous envoyer des gens, il va falloir qu'ils nous paient pour. »

Lorsque les Syriens ont été accueillis en nombre au Québec, fin 2015 et en 2016, les budgets des organismes d'accueil d'immigrants et de réfugiés de partout au Québec ont été augmentés. Chez SERY, on a dû embaucher de nouveaux employés, toujours en place, pour répondre à la demande.  

« Ils nous ont coupé de 20 % nos arrivées. Ça fait beaucoup de sous qui ne nous revient pas puisqu'on est payés à chaque personne immigrante. Au lieu de 120 immigrés, ils nous ont diminué ça à 82. Ça fait de grosses coupures au niveau du budget et on n'est pas tous seuls. Les autres organismes au Québec aussi, certains ont même eu une coupe de 30 %. Je trouve que c'est drastique les coupures qu'on a eues. »

Mme Ouellette n'a pas encore de solutions pour pallier ce manque budgétaire. La situation sera discutée et résolue avec le conseil d'administration, mais ça devra attendre la fin des vacances. 

Elle attend d'ailleurs une visite du représentant de la Montérégie au ministère de l'Immigration, de la Diversité et de l'Inclusion du Québec. Elle souhaite également obtenir des informations du ministère fédéral de l'Immigration et Citoyenneté quant à savoir si la diminution du budget vient d'Ottawa, ce qui aurait eu un impact sur Québec, ou si c'est Québec qui a choisi d'accepter moins de réfugiés cette année.




publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer