Un garçonnet sauvé de la noyade à Frelighsburg

Un garçon de quatre ans a été sauvé... (archives La Voix de l'Est)

Agrandir

Un garçon de quatre ans a été sauvé de la noyade grâce à l'intervention de quatre personnes, samedi, au Camping des chutes Hunter à Frelighsburg.

archives La Voix de l'Est

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Karine Blanchard
La Voix de l'Est

(Frelighsburg) Un enfant de quatre ans doit la vie à un groupe de bons Samaritains et à un sauveteur qu'ils l'ont sauvé de la noyade, samedi, dans un camping de Frelighsburg. Les secouristes ont pratiqué avec succès les manoeuvres de réanimation. Le garçonnet ne devrait pas conserver de séquelles de l'événement, qui aurait pu avoir des conséquences tragiques.

« C'est grâce à l'intervention d'une équipe si ce petit gars-là est en vie aujourd'hui », a affirmé Jean-Eudes Lévesque, copropriétaire du Camping des chutes Hunter, lundi matin, lorsque joint par La Voix de l'Est.

L'accident qui aurait pu s'avérer fatal s'est déroulé samedi dans le lac artificiel du camping où la baignade est autorisée. Un sauveteur est d'ailleurs en poste pour surveiller le plan d'eau. L'enfant se trouvait dans la section délimitée où les campeurs peuvent se baigner. 

C'est une résidante du camping qui l'a retrouvé dans l'eau. Puis, les bons Samaritains se sont succédé pour tenter de le sauver. « Il y a un autre voyageur, qui a son cours de secourisme, qui a réussi à le réanimer et qui a fait le massage, ce qui a permis de le tenir en vie. J'ai un autre intervenant, un saisonnier ici, qui avait ses cours aussi et qui a mis le petit garçon sur le côté. Le sauveteur était là aussi », raconte M. Lévesque. 

Le garçon, qui était en visite chez des amis, a été transporté à l'hôpital. Après une batterie de tests et un séjour en observation au Centre hospitalier universitaire de Sherbrooke, il se portait bien. « On avait de bonnes nouvelles hier (dimanche). Il était en pleine possession de ses moyens et il n'aurait pas de séquelles », se réjouit le copropriétaire­ du centre de villégiature. 

« C'est une malheureuse histoire qui se termine bien, poursuit Jean-Eudes Lévesque, soulagé devant la tournure des événements. On ne veut pas qu'il arrive de drame comme ça à personne. »

Ce n'est pas la première fois qu'une histoire semblable survient à ce camping. Un garçon âgé de cinq avait été sauvé de justesse dans le même lac en août 2008. Il avait été repêché par une sauveteuse qui avait prodigué, avec succès, les manoeuvres de réanimation. L'enfant n'avait, lui non plus, conservé aucune séquelle de sa mésaventure.




publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer