Des artistes granbyens mis à profit

Les artistes granbyens, Jean-Yves Rhéaume et Marco de... (Christophe Boisseau-Dion, La Voix de l'Est)

Agrandir

Les artistes granbyens, Jean-Yves Rhéaume et Marco de Muri, ont réalisé la girafe, au coeur de la nouvelle image de marque de la Ville, qui veille désormais sur la place Johnson.

Christophe Boisseau-Dion, La Voix de l'Est

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Marie-France Létourneau
La Voix de l'Est

(Granby) Après le Zoo de Granby et les parcours nocturnes Foresta Lumina à Coaticook et Tonga Lumina à Mont-Tremblant, au tour de la Ville de Granby de mettre à profit le talent de Jean-Yves Rhéaume et Marco de Muri pour sa nouvelle image de marque.

La girafe rouge qui veille depuis vendredi matin sur la place Johnson, c'est le duo d'artistes granbyens qui l'a confectionnée dans son atelier de la rue Cartier. Plus de 200 heures de travail ont été nécessaires pour la conception, la réalisation et l'installation de l'oeuvre, ont-ils affirmé en entrevue à La Voix de l'Est.

Si trois nouvelles structures ont fait leur apparition au centre-ville au cours des dernières heures, la girafe, au coeur de la nouvelle image, est appelée à y rester de façon permanente. Les deux autres, les tentacules de pieuvre sur le toit de la bibliothèque ainsi que le quatuor coloré de méduses au parc Miner, ont été loués pour une période de deux mois à l'entreprise Design in the air, en Angleterre. 

« On est super heureux et fiers », a lancé Jean-Yves Rhéaume. « On est des artistes de Granby. On est habitués d'avoir des oeuvres au Zoo. Mais en avoir au centre-ville, c'est l'fun », a renchéri Marco de Muri.

Le travail du duo n'est pas terminé. Trois autres oeuvres porteront aussi sa signature. Elles s'ajouteront au paysage urbain en août et en septembre. Elles seront appelées à y rester de façon permanente. L'objectif : renforcer davantage l'image à l'effet que « Granby est Zoo ». 

Local

Non seulement l'oeuvre du parc Johnson a été réalisée par des artistes locaux, mais ceux-ci travaillent avec des entreprises de la région, ont-ils par ailleurs souligné. Le polystyrène expansé utilisé pour modeler la girafe provient de l'entreprise granbyenne Polyform, citent-ils en exemple. 

Jean-Yves Rhéaume et Marco de Muri assurent que la girafe, qui a aussi une armature de métal, saura résister au temps. La finition de l'oeuvre est effectuée avec du polyuréthane projeté et des couches de peinture. « On sait que ça va durer très longtemps », laisse tomber M. Rhéaume. 

Le travail du duo est déjà bien connu au Zoo. La majorité des nouvelles installations dévoilées au cours des dix dernières années, dont les animaux (ara, anaconda et piranha) des glissades d'eau d'Amazoo, portent leur touche d'une façon ou d'une autre. Ils sont aussi passé maîtres dans l'art de fabriquer de gros rochers, plus vrais que nature, comme ceux qui se trouvent dans la traversée australienne. 

Sculptures, murales, trompe l'oeil, patines : pratiquement rien n'est à leur épreuve, affirment-ils. « Même si on n'a jamais fait quelque chose, on va trouver le moyen de le faire. C'est notre force », lance Jean-Yves Rhéaume. 

Pour la petite histoire, c'est avec l'aide d'une grue que la girafe a été installée place Johnson, au petit matin, vendredi. « Elle est sortie de l'atelier à 3 h 30. Elle est arrivée ici à 4 h et à 6 h, c'était fini. C'est ça qui est l'fun, il y a un effet de surprise dans tout ça », estime Marco de Muri.




publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer