Six cas de légionellose en Estrie

Six cas de légionellose ont vu le jour... (Photothèque Le Soleil)

Agrandir

Six cas de légionellose ont vu le jour en Estrie depuis mi-juin, ce qui est au minimum le double de la moyenne saisonnière. Aucune cause commune n'a encore été trouvée.

Photothèque Le Soleil

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Samuel Leblanc, stagiaire à la voix de l'Est.
Samuel Leblanc
La Voix de l'Est

Depuis la mi-juin, six cas de légionellose ont été déclarés à la Direction de santé publique du CIUSSS de l'Estrie - CHUS, alors qu'en moyenne seulement de deux à trois cas sont recensés en saison estivale. Une enquête a lieu depuis trois semaines pour trouver la source à l'origine de la contamination. Sans succès.

De ces cas, deux se retrouvent à Sherbrooke et quatre à Granby. Après plusieurs entrevues avec les victimes pour tenter de trouver une source d'eau contaminée commune, rien n'aboutit. « Les personnes, a priori, n'ont pas de liens sociaux entre elles », explique la docteure Linda Pinsonneault, directrice par intérim de la Direction de santé publique du CIUSSS de l'Estrie - CHUS. « C'était d'essayer de voir si elles avaient des liens particuliers, comme la fréquentation d'un même parc. On n'a pas trouvé de lien particulier. »

La régie du logement a ensuite prêté main-forte au CIUSSS de l'Estrie - CHUS en vérifiant l'ensemble des tours de refroidissement à l'eau de Granby qui auraient pu être à l'origine de la contamination. Or, aucune ne dépassait les seuils sanitaires recommandés. « On s'est assuré, avec la Régie du bâtiment, que l'inventaire des tours soit à jour. Ce sont des tours où des analyses sont faites régulièrement, et les résultats des analyses démontraient qu'il n'y avait pas de présence importante de la bactérie Legionella et que le taux était sous les seuils qui peuvent représenter un problème pour la santé », explique la docteure Pinsonneault. 

« Les tests de toutes les tours de Granby sont conformes. Aucune ne comporte un risque pour la santé ».

Pour l'instant, si cause commune il y a, elle demeure introuvable. « On reste alerte, souligne toutefois la docteure Pinsonneault. On continue à suivre les résultats des tours (une fois par mois), on continue à chercher d'autres explications plausibles. Mais pour le moment, il semble que ce soit des cas qui n'ont pas de causes communes ».

Conseils

Une enquête a aussi eu lieu aux résidences des six personnes atteintes, mais les informations recueillies sont confidentielles, a-t-on indiqué à La Voix de l'Est.

« Il y a une proportion importante des cas de légionellose qui trouvent leur origine à leur domicile », prévient l'experte. 

En effet, de 30 à 40 % des chauffe-eau au Québec contiendraient la bactérie Legionella. « L'important, c'est de s'assurer que notre température de chauffe-eau est de 60 degrés Celsius », précise-t-elle.

Si la température est moins élevée, le milieu devient propice à ce que la bactérie Legionella se multiplie.

Aussi, il importe de bien entretenir son spa et d'utiliser les produits de désinfection tel que recommandé par le fabricant. « Il ne faut pas réduire l'utilisation de ces produits-là pour réduire nos coûts... Cela pourrait permettre aux bactéries Legionella de croitre », conclut-elle.

Moyenne

Docteure Pinsonneault attribue le nombre plus élevé de cas cet été à un simple retour du balancier. « La moyenne, c'est fait d'années où il y en a moins et d'années où il y en a plus. Si cette année il y en a plus, est-ce qu'il y a un phénomène particulier qui aurait une cause commune? Pour le moment, on n'en trouve pas, donc on pense que c'est simplement cette variation-là, d'une année à l'autre ».

Toutefois, elle souligne que si une cause commune voyait le jour, des actions seraient rapidement prises. « Si jamais on a une information comme quoi il y aurait autre chose que ça, on serait prêts à agir immédiatement ».

La légionellose

La légionellose, ou maladie du légionnaire, est une infection pulmonaire qui s'attrape en respirant des microgouttelettes d'eau contaminées par la bactérie Legionella, qui sont en suspension dans l'air.

La maladie ne se transmet pas d'une personne à l'autre.

Elle se traite avec des antibiotiques qui permettent la guérison, dans la plupart des cas. Toutefois, la maladie du légionnaire peut causer la mort chez 10 à 15 % de ceux qui en sont atteints.

Pour connaître les symptômes ou pour obtenir plus d'information concernant la légionellose : www.sante.gouv.qc.ca/problemes-de-sante/legionellose/.




publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer