Diane Perron tentera de succéder à Pauline Quinlan

Conseillère municipale à Bromont depuis 2009, Diane Perron... (Julie Catudal, La Voix de l'Est)

Agrandir

Conseillère municipale à Bromont depuis 2009, Diane Perron tentera de se faire élire comme mairesse en novembre.

Julie Catudal, La Voix de l'Est

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Jean-François Guillet
La Voix de l'Est

(Bromont) Après avoir mûri sa décision, l'actuelle conseillère municipale Diane Perron a choisi de briguer les suffrages à un échelon supérieur en novembre prochain.

Il y aura donc une course à la mairie de Bromont. Diane Perron tentera de prendre la relève de Pauline Quinlan en se mesurant à son collègue, Louis Villeneuve, qui a déjà dévoilé ses intentions. 

L'idée de devenir mairesse ne date pas d'hier. « Je suis une femme de défis. J'ai développé mon leadership dans plusieurs dossiers comme conseillère, en économie, en culture, en environnement. En fait, je suis impliquée dans la communauté de Bromont depuis 27 ans. Bien des gens m'ont sollicitée pour que je me présente à la mairie à différentes élections. Mais là, je sens que les astres sont alignés. J'ai l'expérience et l'appui de ma famille. [...] Devenir mairesse serait une continuité de ce que j'ai accompli jusqu'ici. »

Élue en 2009 dans le district 3 (Mont Brome), Diane Perron s'est graduellement familiarisée avec les rouages de l'appareil municipal. Pour elle, il est important de reconnaître le travail réalisé par ses prédécesseurs pour mieux « aligner Bromont vers le futur ».

 « Bromont est une ville qui s'est développée grâce au dynamisme des gens qui l'habitent, mais aussi à l'essor de nombreux créneaux qui lui permettent d'avoir un positionnement enviable. Elle est attractive avec la montagne, le Vieux-Village, l'offre culturelle, le parc scientifique unique et ses industries. Il y a aussi tout ce qui touche au plein air. On a réussi jusqu'ici à préserver l'équilibre fragile dans tous ces domaines en privilégiant un développement responsable et durable. Et c'est important que l'on garde le cap », a-t-elle fait valoir.

Ouverture, objectivité et intégrité 

Lorsqu'on lui demande quelles sont les qualités d'une bonne mairesse, Diane Perron répond sans hésiter. « De l'ouverture. On a beau avoir bien des idées, il faut aussi savoir écouter et prendre en compte celles des autres. Ça prend aussi de l'objectivité et de l'intégrité. Et je crois que ce sont des choses qui me caractérisent. »

Parmi les dossiers qui, soutient-elle, retiennent particulièrement l'attention de la population figure la construction d'un nouveau centre communautaire. L'ajout d'une piscine aux nombreuses infrastructures sportives existantes est aussi en haut de la liste de bien des citoyens, a mentionné celle qui aspire à devenir mairesse. 

« Ça fait longtemps que l'idée d'avoir une piscine fait son chemin à Bromont, a-t-elle dit. Il ne faut pas perdre de vue que c'est un projet qui pourrait se chiffrer entre 12 à 14 M $. Il faut donc entamer une sérieuse réflexion pour voir si ça répondrait à un réel besoin. Et surtout, peut-on se le permettre ? »

En ce qui concerne sa campagne, Diane Perron souhaite « aller à la rencontre des gens ». « Je suis une femme qui aime le contact avec le public. Authentique. Et ce n'est pas parce que je veux devenir mairesse que ça va changer. [...] Je souhaite une campagne d'idées. Je veux que les prochains mois soient constructifs pour l'avenir de Bromont. »




publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer