Un oiseau de proie perturbe le chantier de l'église Saint-Joseph

Il semble que ce soit un faucon émerillon... (fournie par Michel Paquette)

Agrandir

Il semble que ce soit un faucon émerillon qui ait été observé à l'église Saint-Joseph.

fournie par Michel Paquette

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Marie-France Létourneau
La Voix de l'Est

(Granby) L'observation d'un oiseau de proie sur le chantier de démolition de l'église Saint-Joseph à Granby a perturbé le déroulement des travaux, vendredi après-midi. Un agent de protection de la faune s'est rendu sur place pour vérifier s'il y avait présence d'un nid dans le pignon de l'ex-lieu de culte.

Un agent de la faune s'est rendu sur... (fournie par Marie Chapdelaine) - image 1.0

Agrandir

Un agent de la faune s'est rendu sur le chantier de démolition de l'église Saint-Joseph pour valider si le nid d'un oiseau de proie se trouvait dans le pignon. La collaboration du service des incendies a été nécessaire.

fournie par Marie Chapdelaine

L'opération n'est pas passée inaperçue. L'endroit étant difficile d'accès, la collaboration du service des incendies de Granby a été nécessaire. L'agent de la faune a dû réaliser son inspection, sous le regard de nombreux curieux réunis en façade de l'église, à partir de la nacelle déployée du camion-échelle. 

Aucun nid n'a toutefois pu être observé, a laissé savoir à La Voix de l'Est le lieutenant Laprise, du bureau local de la Protection de la faune. « On va faire un retour au plaignant. Mais de notre côté, on n'ira pas plus loin », a-t-il indiqué. 

Tout cela a débuté vendredi, vers 9 h, lorsque le photographe granbyen et ornithologue amateur Michel Paquette a observé un oiseau, qu'il a identifié comme un faucon, dans le pignon de l'église. « Je l'ai vu lorsqu'ils ont commencé à toucher au dessus des portes d'entrée de l'église avec la grue. Quand ça a commencé à brasser un peu plus, il est sorti de là », a-t-il raconté.

Le comportement de l'oiseau a toutefois attiré son attention par la suite, car il n'a pas quitté les lieux. Il est plutôt demeuré à proximité. Selon M. Paquette, l'oiseau « tournait en rond » et « criait ». Ce qui lui a fait croire qu'il pouvait s'agir d'une femelle et que la présence d'oisillons, ou à tout le moins d'un nid était possible.

« La démolition ne m'intéressait plus », laisse tomber Michel Paquette.

Protection de la faune 

Au Québec, les oiseaux de proie étant protégés en vertu de la Loi sur la conservation et la mise en valeur de la faune, le photographe, qui a pu prendre quelques clichés du faucon, a partagé sa découverte avec le bureau local de la Protection de la faune. D'où l'inspection réalisée­ en après-midi par l'agent. 

Selon des témoins rencontrés sur place, au moins quatre oiseaux, que d'aucuns croient être des faucons, tournoyaient autour de l'église durant les manoeuvres de l'agent et du service d'incendie. « On entendait les oiseaux crier. Il y avait sûrement quelque chose », a affirmé Michel Jacob. 

Comme de nombreux spectateurs qui suivent au quotidien l'avancement des travaux de démolition depuis le début de la semaine, M. Jacob a été baptisé à cette église, propriété depuis 2005 de la Fondation du CHSLD Horace-Boivin. 

Pas étonnant

Michel Paquette a communiqué vendredi avec l'Union québécoise de réhabilitation des oiseaux de proie (UQROP) afin de faire identifier l'oiseau qu'il a photographié. Une représentante de l'organisme lui aurait confirmé à cette occasion qu'il s'agit d'un faucon émerillon. 

Ce qui ne serait pas étonnant, selon une des administratrices du Club des observateurs d'oiseaux de la Haute-Yamaska, Rachel Papineau­. Selon elle, cela fait quelques années que la présence du faucon émerillon est observée sur le site de l'église Saint-Joseph. « On sait qu'il niche là, mais on n'a jamais vu le nid. Il pourrait aussi être dans un conifère­ », a-t-elle relevé. 

Le site de l'église Saint-Joseph, dont la dernière messe a été célébrée en 2013, pourrait faire place à la construction d'un CHSLD de 198 places. Le CIUSSS de l'Estrie devrait lancer un appel d'offres prochainement.

Il a été impossible de joindre vendredi le président de la Fondation du CHSLD Horace-Boivin, Marc Breton, pour obtenir ses commentaires sur les événements­ de la journée.




publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer