Quand chaque détail compte pour Éric Duchesneau

Le conseiller sortant, Éric Duchesneau, tentera de se... (Catherine Trudeau)

Agrandir

Le conseiller sortant, Éric Duchesneau, tentera de se faire élire à nouveau dans le district huit à Granby. Et il entend continuer à mettre autant d'ardeur à la tâche, s'il est réélu.

Catherine Trudeau

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Marie-France Létourneau
La Voix de l'Est

(Granby) Éric Duchesneau semble avoir fait sienne l'expression « le diable est dans les détails ». Il dit n'avoir lésiné sur aucun détail pour bien représenter les citoyens au cours de son mandat à titre de conseiller municipal du district huit à Granby. Et il souhaite poursuivre le travail amorcé.

Une preuve parmi d'autres : « j'ai demandé des réparations sur plus de 40 bouts de trottoir », a-t-il relevé en entrevue à La Voix de l'Est. « J'avais tout noté en faisant mon porte-à-porte (en 2013). Je note tout en me promenant. Dans mon quartier, mais dans les autres aussi », affirme Éric Duchesneau, qui s'est notamment vu confier au cours des quatre dernières années les dossiers liés aux travaux publics.

Neveu de l'ex-maire Michel Duchesneau et fils de l'ex-­conseiller municipal, Jean-Claude Duchesneau, le candidat qui tentera de conserver son siège lors de l'élection municipale du 5 novembre prochain affirme prendre son rôle très à coeur. « J'ai posé un tas de questions. J'ai visité tous les immeubles et parcs municipaux », lance-t-il.

Il a aussi « essayé d'être présent partout » durant son mandat. « Je me suis déplacé pour aller voir les gens qui m'ont appelé. C'est la partie que j'aime : échanger avec les gens », souligne-t-il. 

En 2013, lors de sa première campagne électorale, Éric Duchesneau, propriétaire du commerce d'informatique Ordi-Plus, affirme avoir effectué six fois le tour de son district afin de joindre le plus d'électeurs possible. Résultat : c'est 89 % d'entre eux qu'il dit avoir réussi à rencontrer. « Je les ai tous noté. Le 11 % restant, c'est parce qu'ils ont été impossibles à voir », laisse-t-il tomber. 

Sécurité

La sécurité routière figure parmi ses préoccupations. Il affirme notamment avoir « sécurisé » la rue Robinson Nord, dans le secteur qui comporte des courbes, en militant pour une réduction de la vitesse à 35 km/h. Il dit aussi être à l'origine de la traverse piétonnière aménagée rue Cabana, près de l'immeuble l'Excellence­, dans le secteur des Galeries de Granby. 

« J'ai priorisé la réfection des parcelles de rue sur Foch, Bérard et Duvernay qui avaient les trottoirs et les rues les plus amochées. Je vais fixer de nouvelles priorités lors de mon prochain porte-à-porte », précise­ Éric Duchesneau. 

Il sait d'ores et déjà qu'il fera des représentations afin qu'un trottoir soit aménagé rue Évangéline­, entre Bourget et Cabana. « Il est anormal, selon moi, que cette rue commerciale achalandée ayant une telle densité en soit encore dépourvue­ », relève-t-il. 

Au cours des quatre dernières années, le conseiller municipal sortant affirme avoir été guidé dans ses décisions par les valeurs d'intégrité, de transparence, de proximité et de gestion responsable. Il entend poursuivre dans cette voie, s'il est réélu. Même, profitant maintenant d'une expérience de l'appareil municipal, il souhaite se faire encore plus « transparent » et « véhiculer un maximum d'informations aux citoyens ». 

Éric Duchesneau n'a aucun opposant à l'heure actuelle, mais il prévoit mettre autant d'énergie pour être élu qu'à sa première campagne électorale. Il recommencera à sillonner à pied son district pour aller à la rencontre d'un maximum d'électeurs. Et il aiguisera son crayon pour continuer­ à prendre des notes. 

En 2013, trois autres candidats - Steve Brochu, Bruno Junior Saint-Amand et Guy Gaudord - avaient aussi tenté de se faire élire dans le district huit.




publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer