Robert Riel brigue un autre mandat

Robert Riel affirme ne pas avoir ménagé ses... (Alain Dion, La Voix de l'Est)

Agrandir

Robert Riel affirme ne pas avoir ménagé ses efforts et avoir tenu ses promesses. Il tentera de se faire réélire dans le district sept, lors de la prochaine élection municipale.

Alain Dion, La Voix de l'Est

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Marie-France Létourneau
La Voix de l'Est

(Granby) Le conseiller municipal sortant, Robert Riel, a le sentiment de ne pas avoir ménagé ses efforts et d'avoir tenu ses promesses depuis quatre ans. Et il souhaite poursuivre le travail amorcé. Il sera à nouveau candidat dans le district sept à Granby le 5 novembre prochain.

« J'ai été disponible et j'ai travaillé fort. Je n'ai pas compté mes heures », affirme M. Riel.

Aujourd'hui retraité, Robert Riel estime que le travail de policier qu'il a exercé à Granby l'a bien préparé à son rôle de conseiller municipal. « On en règle des problèmes », lance-t-il. 

Et ses vieilles habitudes de patrouilleur ont rapidement repris le dessus. « Je ne règle rien au téléphone ; je me déplace », affirme-t-il. 

Robert Riel a entre autres multiplié les visites dans le secteur des rues Douville et Frontenac, où le voisinage se plaignait des activités de Pro-Flam. Après moult démarches, l'entreprise a été contrainte au début de l'année de cesser ses activités et de déménager.

Le site où l'imposant jardin communautaire de la Sainte-Trinité a été aménagé sur la propriété du Centre Jean-Paul-Régimbal, c'est Robert Riel qui l'a déniché pour permettre aux instigateurs du jardin de se relocaliser. À l'origine, ils étaient installés dans un secteur où cela n'était pas permis. 

Finances 

Lorsqu'il a déposé sa candidature en 2013, Robert Riel souhaitait voir changer le visage du district. Lentement, mais sûrement, cela est en train de se produire, dit-il. Il se félicite entre autres que la Ville ait donné le feu vert pour la démolition de l'ancienne usine Hafner, rue Racine. Cela a permis la vente du terrain et la construction du complexe pour retraités de Réseau Sélection. 

Il appuie aussi sans réserve les travaux de réaménagement du parc Pelletier, le parc de son enfance, réalisés au coût de 530 000 $. « C'était une de mes priorités. C'est important, c'est à l'entrée de la ville », fait-il valoir. 

Préoccupé par l'utilisation des deniers publics, Robert Riel ne remet pas cette dépense en question, même si elle a été critiquée par certains citoyens. « Avec 600 000 $, on ne fait plus grand-chose. Au début, les estimés dépassaient le million de dollars », dit-il. 

Le conseiller sortant affirme s'être présenté en politique parce qu'il était « tanné que la Ville s'endette ». « La carte de crédit était ouverte », déplore-t-il. Mais le vent a tourné, selon lui. « Des investissements de 123 millions $ sur quatre ans, ça ne s'est jamais fait à Granby. Et on n'a pas emprunté une cenne. (...) On a réussi à faire beaucoup plus avec beaucoup moins », affirme M. Riel. 

Boulot 

Depuis quatre ans, les dossiers de développement social de la Ville, dont il avait la responsabilité, ont rempli l'agenda de Robert Riel. Il a présidé les dossiers des organismes communautaires et siégé notamment aux comités de transport urbain et de l'Office municipal d'habitation. Cela l'a entre autres amené à oeuvrer sur les projets de logements sociaux de la Ville : celui de la rue Le Corbusier, quasi complété après de longs délais, et celui de la rue Saint-Jacques, en préparation. 

S'il est réélu, M. Riel dit vouloir poursuivre dans la même veine. Il souhaite voir se réaliser d'autres phases de travaux de renouvellement d'infrastructures souterraines, entre autres dans le secteur des rues Albert, Saint-Jacques, Assomption et Robinson Sud. Le réaménagement du centre-ville et la modernisation des installations d'eau potable figurent aussi dans sa liste de priorités.

Même s'il est plus connu qu'il y a quatre ans, Robert Riel a l'intention de mener une campagne électorale active, lui qui a déjà un opposant avec Edgar Villamarin Bautista. Et en bon patrouilleur qu'il est, il a bien l'intention de refaire le tour des portes de son district.




publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer