Des parcs blindés pour chiens dangereux

Carl Girard et la SPA des Cantons se... (Alain Dion, La Voix de l'Est)

Agrandir

Carl Girard et la SPA des Cantons se prépare à la possibilité de garder les chiens dangereux en aménageant une nouvelle salle de quarantaine régulière et en réaménageant l'ancienne pour accueillir les chiens agressifs.

Alain Dion, La Voix de l'Est

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Cynthia Laflamme
La Voix de l'Est

(Cowansville) Il y aura eu un avant et après l'épisode de Killer et Blanca, deux chiens jugés dangereux et euthanasiés trois mois après que le premier ait éventré un petit carlin.

Se préparant à devoir garder plus longtemps les chiens agressifs durant les nouvelles procédures découlant de la loi provinciale qui reconnaît que les animaux sont doués de sensibilité, la SPA des Cantons réalise d'importants travaux à son adresse principale, à Cowansville.

Carl Girard, propriétaire et directeur de la SPA des Cantons, ne cache pas sa fierté devant les travaux réalisés. Des murs de six pieds en formica de laboratoire - une matière incassable, précise M. Girard - ferment les douze espaces de quarantaine. Ce sera le même matériau qui servira pour les parcs intérieurs pour chiens agressifs. 

À l'extérieur, six nouveaux parcs ont été montés et seront bientôt entourés d'une clôture de bois. Un tout nouveau pavillon a été construit dans les dernières semaines pour accueillir cette nouvelle quarantaine. 

Depuis les derniers jours, « on jette à terre l'ancienne quarantaine et on en fait une nouvelle pour les chiens agressifs. On prévoit cinq parcs. Les murs vont aller jusqu'au plafond. Les portes vont être blindées, je ne prendrai plus de chance. Les parcs extérieurs que j'ai faits pour les chiens dangereux, c'est de la clôture de pénitencier. Il n'y a pas un chien qui va passer à travers ça. »

Visite mouvementée de Killer et Blanca

Ces précautions font suite à la visite de trois mois de Killer et Blanca dans la fourrière. Les maîtres de ces deux chiens, Alexandre et Chantal Beaudoin, contestaient en cour l'euthanasie de leur animal, pourtant déclarés dangereux par des spécialistes. 

« Killer et Blanca ont brisé quatre parcs extérieurs, deux parcs intérieurs. Ils sont allés chez le vétérinaire, ils ont scrapé deux parcs extérieurs et deux parcs intérieurs. Blanca était attachée dans un parc fermé. On avait-tu peur de la lâcher lousse rien qu'un peu ? Il a aussi fallu opérer Killer d'urgence parce qu'il s'est mangé la queue jusqu'au sang et ça s'est infecté. »

Le directeur de la SPA des Cantons estime le coût des dommages entre 1500 $ et 2000 $. C'est sans compter les dégâts faits chez le vétérinaire. Les événements initiaux étaient survenus le 24 juillet 2016. Les deux pitbulls ont été euthanasiés le 14 octobre, moins de 24 heures après l'expiration du délai de 30 jours dont disposaient les propriétaires pour faire appel de la décision de la Cour supérieure.

À cela s'ajoute la nouvelle loi québécoise qui reconnaît qu'un animal est doté de sentiments. M. Girard souligne que la loi provinciale n'a pas été réellement testée jusqu'à présent.

« Ça va être plus difficile d'euthanasier un chien dangereux parce que ça va être plus de procédures, alors il faut être prêt à les garder plus longtemps. Je me suis assis avec des avocats et j'ai demandé qu'est-ce qu'on fait avec ça. On voulait faire des rénos, alors on s'est dit qu'on allait faire une quarantaine pour des chiens dangereux. »




publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer