Bromont refuse l'entente des loisirs proposée par Granby

Le directeur général de Bromont, Éric Sévigny.... (La Voix de l'Est)

Agrandir

Le directeur général de Bromont, Éric Sévigny.

La Voix de l'Est

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Jean-François Guillet
La Voix de l'Est

(Bromont) Après Saint-Alphonse, Roxton Pond, Warden et Sainte-Anne-de-la-Rochelle, c'est au tour des élus de Bromont de rejeter la récente entente de loisirs proposée par Granby. Une résolution a été entérinée en ce sens lors de la séance du conseil, lundi.

Granby veut hausser de près de 400 % d'ici trois ans la facture défrayée par les 23 municipalités avec lesquelles elle est liée par une entente de loisirs. Sans claquer la porte, Bromont remet cette démarche en cause, a indiqué à La Voix de l'Est le directeur général de Bromont, Éric Sévigny. 

« Le changement de tarification est plutôt imposant. Il faut penser à nos citoyens dans tout ça. C'est difficile de ne pas voir cette hausse s'articuler autour du projet de centre aquatique à Granby. Si c'est le cas, qu'on nous le dise. On veut seulement comprendre les tenants et aboutissants­ du dossier. »

Unilatéral

M. Sévigny conteste également la décision unilatérale de Granby­ dans le dossier. « Sans même nous consulter, on nous a envoyé une lettre qui fait état de la stratégie de Granby, sans plus. On devait répondre d'ici au 5 juillet. Ça nous pousse à évaluer quels sont les services de loisirs complémentaires dont nos citoyens ont besoin. »

Une entente de services élargie avec Cowansville n'est pas écartée, a précisé M. Sévigny, soulignant que Bromont a déjà de nombreuses infrastructures de loisirs. On parle notamment d'un aréna, d'une bibliothèque et bientôt de jeux d'eau. « On ne peut pas accepter de se tourner vers Granby si on nous propose un « bar ouvert » à gros prix, alors que ça ne correspond pas à nos besoins, a illustré le DG. Appliquer un modèle unique à tout le monde, ça n'a simplement pas de sens. On va s'asseoir et négocier. On ne veut pas d'une confrontation. Mais si ça ne débouche sur rien de constructif, on devra se tourner vers un plan B. »

Rappelons qu'il en coûte en ce moment aux municipalités 32 $ par année pour chaque carte loisirs octroyée à leurs citoyens. La facture grimpera à 65 $ (2017-2018). Elle atteindra 98 $ l'année suivante et 131 $ en 2019-2020. Ces montants seront indexés de 2,5 % lors des deux dernières années de l'entente avec Granby.




publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer