Réaménagement du centre-ville: Granby dévoile ses objectifs

« On veut faire un nouveau centre-ville, on veut... (Alain Dion, La Voix de l'Est)

Agrandir

« On veut faire un nouveau centre-ville, on veut faire plus de place aux piétons, on veut plus de végétalisation», indique Daniel Surprenant, directeur du bureau de projets de la Ville de Granby.

Alain Dion, La Voix de l'Est

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Samuel Leblanc, stagiaire à la voix de l'Est.
Samuel Leblanc
La Voix de l'Est

(Granby) Actif, accueillant, intelligent, attrayant. Tels sont les termes qui décriront le nouveau centre-ville de Granby, selon le bilan provisoire du Groupe de travail consultatif responsable de son réaménagement. Le projet mettant en vedette quatre principaux attraits du centre-ville, et tentant de donner une juste place aux cyclistes, sera déposé au conseil municipal en septembre.

« On a à refaire les travaux souterrains, alors pourquoi ne pas en profiter en même temps pour réaménager le centre-ville ? », rappelle Julie Bourdon, conseillère municipale responsable des dossiers de développement commercial et touristique.

Outre l'activité de consultation publique de février dernier, où quelque 300 citoyens ont émis plus de 1500 commentaires par rapport à ce qu'ils désiraient pour l'avenir de leur rue Principale, le Groupe de travail consultatif (GTC), constitué de 22 commerçants, élus, membres d'organismes ou simples citoyens, s'est réuni à six reprises pour mettre de l'ordre dans tout ça et répondre aux demandes des citoyens. 

Une centaine d'heures de bénévolat ont été réalisées pour établir ce plan de match. 

Les places citoyennes

Les points principaux de la Principale qui seront revampés sont le parc Miner (la Place de la famille), les environs du Cégep de Granby, de l'église Notre-Dame et du centre culturel (la Place du savoir), la place Johnson (la Place du marché public) et le Palace (la Place de la chanson). 

« On a les orientations de ce que les citoyens veulent à chaque pôle. Maintenant, il faut prendre un artiste, un ménagiste qui va créer quelque chose à chacune des places », mentionne Daniel Surprenant, directeur du bureau de projets de la Ville de Granby. 

« Le centre-ville est dû pour une petite retouche. Oui, c'est des endroits où il y a déjà beaucoup d'activités, mais on veut créer une image. Quand on va passer en face, on va voir que c'est la Place du savoir, la Place de la famille, etc. ».

Le bilan parle notamment d'une Place du savoir qui servirait de pont entre le campus du Cégep et le centre-ville, entre les étudiants et les citoyens, et d'une place Johnson vivante à l'année. Bien sûr, tout est encore en développement et c'est lors d'une consultation citoyenne prévue en 2018 que les aspects visuels seront présentés.

« On veut faire un nouveau centre-ville, on veut faire plus de place aux piétons, on veut plus de végétalisation. Ça l'a déjà un impact sur le stationnement, et d'ajouter du vélo, ça prend encore plus de place », dit Daniel Surprenant.

L'enjeu des vélos

Lors de la consultation publique de février et lors des rencontres du GTC, il a souvent été question de la place du vélo au centre-ville. Étant légal dans la rue (bord de chaussée), il en reste néanmoins que ce n'est pas très sécuritaire avec les 13 000 voitures qui circulent dans le centre-ville chaque jour. Ces dernières occupent d'ailleurs 78 % de l'espace public dans ce secteur.

« L'enjeu, c'est principalement le peu d'espace qu'on a dans notre emprise publique. C'est une rue [la Principale] d'une largeur standard, donc d'essayer de faire de l'espace pour un peu tout le monde, c'est-à-dire les voitures, les piétons, les vélos... D'avoir des espaces sécuritaires, ça prend de la place. C'est un partage d'espace qui est tout en enjeu », explique Daniel Surprenant. « Mais avant de dire que c'est pas possible, alors voir ce qui peut se faire ». 

L'organisme Vélo Québec a été mandaté afin d'évaluer les options compte tenu du peu d'espace dans la rue. Le GTC réalisera également, dans les prochains mois, des études économiques qui permettront de connaître les impacts que la présence accrue de cyclistes au centre-ville apporterait.

D'ailleurs, le potentiel pourrait être grand, puisque la Montérégiade et l'Estriade passent tout près. « On veut que ça devienne un endroit où qu'on ait envie de se promener à pied comme à vélo. De créer sur 800 m un petit milieu de vie différent », dit le directeur du bureau de projets.

« Le dépôt du rapport du GTC au conseil municipal aura lieu en septembre. Dès l'automne débuteront les études économiques et consultations auprès des commerçants de la Principale. C'est à ce moment-là qu'on va ramasser les données nécessaires à la réalisation du projet. Après la pause électorale d'octobre et novembre, le nouveau conseil prendra position, vers janvier, sur la suite du projet à la lumière des informations fournies par les différentes études réalisées. Enfin, la Ville retournera consulter les citoyens, entre autres, sur l'aménagement des places citoyennes », conclut Julie Bourdon.




publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer