Le Potager Mont-Rouge Halte gourmande récolte les honneurs

Quatrième génération à oeuvrer sur la ferme du... (Marie-Ève Martel)

Agrandir

Quatrième génération à oeuvrer sur la ferme du Potager Mont-Rouge, à Rougemont, Marjolaine et Philippe Beauregard ont eu envie de donner un nouvel élan à l'entreprise familiale en lui ajoutant un volet agrotouristique.

Marie-Ève Martel

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Marie-Ève Martel
La Voix de l'Est

(Rougemont) Moins d'un an après son démarrage, le Potager Mont-Rouge Halte Gourmande est déjà primé. La jeune entreprise est en effet récipiendaire de la Bourse d'accompagnement à la relève agricole, que lui ont remise mardi des représentants de la MRC de Rouville et du Fonds d'aide à la relève agricole.

Quatrième génération à oeuvrer sur la ferme du Potager Mont-Rouge, à Rougemont, Marjolaine et Philippe Beauregard ont eu envie de donner un nouvel élan à l'entreprise familiale en lui ajoutant un volet agrotouristique.

Heureux hasard, le Verger Totem, situé non loin de là sur le rang de la Montagne, était à vendre. Le frère et la soeur avaient trouvé leur nouvelle place d'affaires, dédiée à l'autocueillette de pommes, tomates, fraises, piments, citrouilles et autres délices de la terre.

Une forte présence sur les médias sociaux, pour fidéliser une clientèle urbaine, mais loyale, complète la stratégie du duo, qui est également fier d'avoir adapté ses installations pour ses visiteurs à mobilité réduite, une rareté dans l'industrie.

Investir dans l'avenir

Pour la fratrie, il s'agit d'une première récompense en affaires. « On est quand même assez fiers. On a démarré au mois de septembre, et on présentait notre candidature en décembre, se rappelle M. Beauregard. Il fallait quand même être audacieux pour penser gagner... On a déposé notre dossier et on a bien vendu notre projet, il faut croire ! »

La bourse de 10 000 $ servira, à parts égales, à obtenir des services-conseils pour faire croître l'entreprise et à acquérir du nouveau matériel. Les Beauregard ont déjà commencé à investir le montant, notamment en achetant une presse à jus qui, par un curieux hasard, appartenait au précédent gagnant de la bourse, Unifruits !

« Ils ont dû s'en acheter une plus grosse, car celle-ci ne suffisait plus à leurs besoins, rapporte le lauréat. Tout porte à croire que leurs affaires se portent bien ! »

La visibilité, les contacts et la crédibilité qu'entraîne la bourse valent tout autant, sinon plus, que le montant de 10 000 $ dont est assortie la récompense, souligne M. Beauregard.

Mais si leur entreprise est encore jeune, la bourse vient récompenser le travail de toute une vie. « On célèbre une nouvelle entreprise, mais on est nés là-dedans, met en lumière le jeune agriculteur. C'est l'aboutissement de 20 ans d'apprentissage. »

L'autocueillette des fraises débute ce week-end au verger.




publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer